Sans modération

Le Roi en jaune Vs True Detective

Si on ne présente plus la série True Detective interprétée magistralement par Matthew McConaugh et Woody Harrelson pour la première saison, il est pourtant bien nécessaire d’en reparler à l’occasion de ma lecture du recueil de nouvelles Le Roi en jaune de Robert W. Chambers, recueil de nouvelles qui a « largement inspiré » la série citée plus haut.

J’ai donc fait la lecture de cette oeuvre ! L’ensemble est assez court et les nouvelles qui la composent également. Il n’y a aucune difficulté majeure pour sa compréhension : pas besoin de lire une bio de l’auteur, d’avoir un dictionnaire des symboles, de connaître l’origine du mouvement gothique etc …

Penchons-nous quelques instants sur l’auteur. Robert W. Chambers est né en plein XIXe siècle. Il publie son premier roman en 1894. L’année suivante, il publie son recueil de nouvelles Le Roi en jaune. Il écrira presque une centaine de romans jusque sa mort en 1933. Le premier accueil de ce recueil de nouvelles qu’est Le Roi en jaune, laisse perplexe : trop sombre, trop morbide, empreint de folie selon les conservateurs littéraires… (passons tous les adjectifs dépréciatifs que vous connaissez!), tandis que certaines revues encensent son écrit. Par la suite le récit de Chambers va inspirer de nombreux écrivains du fantastique.

Bref résumé en cascade : dans un univers rétro-futuriste d’un genre particulier, nous déambulons à travers New-York, Paris ou encore dans des marais normands. Nous rencontrons la folie, la guerre, la magie, le temps. Autant d’approches possibles pour faire dériver notre esprit et le contraindre à penser à l’impossible. Les mots sonnent justes, les personnages s’imposent sur chaque page par leur moralité ou leurs vices. Les protagonistes de ces nouvelles sont tout simplement des mortels avides de pouvoir, de désirs, de vengeance ou encore d’amour interdit :

Lorsque la chimie peut transformer la vie en une simple statue, pourquoi ne pas créer des œuvres humaines, immortelles ? Imaginez que vous croisez chaque jour une inconnue devant un marchand de fleur, ne voudriez-vous pas lui en offrir ? Vous passez d’agréables vacances dans une petite ville et au cours d’une ballade, vous vous perdez dans un marais, ne vous suffirait-il pas simplement de rencontrer une dresseuse de faucons pour en sortir ? Avec son imagination sans fin, Chambers nous berce dans son univers, nous laisse dériver paisiblement à travers un chaos ordonné.

Au cœur de ce livre lovecraftien, ce qui nous intéresse est bien la nouvelle du Roi en jaune, pilier du recueil de Chambers. L’auteur, au-delà, des « simples » nouvelles, imbrique à l’intérieur de celles-ci un fil conducteur : une pièce de théâtre qui s’intitule Le Roi en jaune. Cette pièce de théâtre reste très mystérieuse. Elle engendre la peur et provoque instantanément une mise à distance des personnages lorsqu’ils sont en présence de cette oeuvre : Quelle peur cache-t-elle ? Quels secrets garde-t-elle ? Chambers nous en dévoile quelques passages le long de son recueil. Le personnage du Roi en jaune semble être insaisissable. N’est-il pas simplement le spectre de la folie ? Pour appuyer cette mise en abîme du livre dans le livre, l’auteur nous conte l’histoire d’Hildred Castaigne qui désire devenir le dernier roi de New-York. Il devient fou car il a lu la pièce de théâtre « interdite » ! Ce Roi en jaune semble s’immiscer dans les rêves et pousser les Hommes au bord du gouffre. Si l’auteur évoque cet être démoniaque, il ne s’attarde que peu sur sa description. Pour garder le mystère autour de ce personnage, il fait référence à quelques bribes de mythologie . Le Roi en jaune n’est pas le sujet des nouvelles du recueil mais, peu à peu, en devient le personnage principal ! En effet, quels sont donc ces signes mystérieux que nous découvrons pages après pages : ces Signes jaunes? Pourquoi le Roi en jaune est-il un sujet de discorde ?

Quant à True Detective, je dirais tout simplement que la saison une est formidablement réalisée et que les images sont magnifiques. Je ne dirais pas que Le Roi en jaune a inspiré la série, mais la série a en revanche pioché astucieusement plusieurs éléments du recueil afin de renforcer cette sensation oppressante accentuée par le lieu de l’intrigue : La Louisiane. Les scénaristes ont judicieusement placé des références du livre comme ce fameux signe jaune, un cercle mystique d’oiseaux ou encore un homme introuvable et affreux . Autant d’éléments faisant clairement écho à l’ensemble de nos nouvelles. Ces références intensifient largement cette sensation de vertige qui s’empare peu à peu du personnage interprété par Matthew McConaugh. jusqu’à le rendre fou tels les personnes lisant la pièce Le Roi en jaune !

En quelques mots de conclusion, Le Roi en jaune et True détective nous offrent de quoi passer d’excellents moments. Le livre et la série s’accordent parfaitement pour montrer comment la folie (je me répète une nouvelle fois) s’empare des personnages. Blasphèmes, magies, adorateurs du diable et mysticisme sont au rendez-vous pour vous plonger, lecteur et spectateur au cœur d’une intrigue dont le dénouement n’est pas des plus simples !

Pour trouver ces documents, rendez-vous au 1er étage à la Cote Nouvelles CHA et au RDC à la Cote SERIE TRU 1.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s