Articles tagués : musique du monde

Chroniques musique (septembre) : Marguerite sur écoute !

INCLASSABLE

 

strandebarm-450x450Stein Urheim

Strandebarm, Hubro 2016

Qu’il soit franc-tireur ou leader de groupe, le guitariste norvégien Stein Urheim a toujours suivi son propre chemin. Affilié au jazz moderne, il nous propose pour cet album inclassable l’étendue de ces influences : musique carnatique, ambient, drone music, jazz et surtout blues. Il dit s’être inspiré du fjord qui donne son nom à l’album, et de fait, les ambiances sont méditatives, rêveuses et généralement apaisées. Quelque chose du son « nordique » ressort de l’impression générale, comme si l’artiste avait tenté de faire sienne toutes ces références pour se forger une personnalité originale. Une tentative plutôt réussie…

 

Tony Hymas 1. DIGIPACK-HymasFerrŽ-B.indd

Tony Hymas joue Léo Ferré, Nato Music 2016

Ça fait quasiment vingt ans que le pianiste anglais tourne autour de l’œuvre de Léo Ferré. Interprétée en 1997 et enregistrée en 2011, il disait de la chanson Avec le temps que « C’est une magnifique pièce au piano comme la Sonate au clair de lune de Beethoven ». En 2015, il participe à un concert hommage à Ferré et enchante complètement le public. Il réitère l’expérience à deux reprises avec le même résultat ; s’impose alors l’enregistrement d’un disque. Seul au piano, l’éclectique Hymas fait très peu de jazz dans ces titres agencés comme un récital. Il livre 15 reprises de chansons très connues en commençant par les airs chantants (La vie d’artiste, Jolie môme, C’est extra… ) et en progressant vers l’univers mélancolique et révolté du poète anarchiste (Petite, Thank you Satan, Est-ce ainsi que les hommes vivent ?… ). On pense à Ravel et Beethoven qu’appréciait Le Lion. Délicatesse et force sont au rendez-vous pour cet hommage à Ferré qui aurait 100 ans le 24 août.

Léo Ferré le passionné de musique classique (article Télérama)

 

ROCK

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Real Kids

The Real kids, Norton records 1991

Après avoir joué en 1970 à Boston au sein des Modern Lovers, alors qu’il n’avait que quinze ans, John Felice monte les Real Kids en 1975. Leurs références : le rock & roll (ils reprennent aussi bien des morceaux d’Eddie Cochran que de Buddy Holy) et le rock sixties, côté Kinks et Rolling Stones). En 1978, paraît leur premier album éponyme : un coup de maître, alliant énergie et mélodies, qui rappelle les Flamin’ Groovies de la période Flamingo/Teenage Head. Ils sortiront ensuite plusieurs albums inégaux durant les années 80, malgré le changement de personnel. John Felice reste seul maître à bord et le groupe se sépare vers la fin des années 80. Devenus cultes, les Real Kids se sont retrouvés l’année dernière et tournent désormais à travers le monde…

 

MUSIQUE DU MONDE

rosemary queen of hearts

Rosemary Standley, Sylvain Griotto

A queen of hearts, Le Chant du Monde 2015

A queen of hearts renoue avec la tradition des tours de chant à l’américaine : une chanteuse, un pianiste. C’est un hommage glamour à la mélancolie des voix de Marlène Dietrich, Marilyn Monroe, Billie Holiday et autres chanteuses/actrices américaines. Ce précieux songbook donne à entendre des mélodies devenues des standards du classique, du jazz ou de la chanson. On retrouve Kurt Weill, Gershwin, Nina Simone, Carlos d’Alessio, etc. La voix pure de Rosemary Standley (du groupe Moriarty) se love comme dans un écrin dans l’accompagnement subtil de Sylvain Griotto.

Catégories : A croquer sans modération! | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Heure musicale : Le Semba, une musique d’Angola

Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’être là le samedi 21 mai, voici l’heure musicale,concoctée par vos discothécaires, consacrée au Semba !

Catégories : A l'affiche! | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Heure musicale spéciale Clarinette !

LA CLARINETTE

 

visuel cycle-clarinette-QFAP

 

Petit quiz pour commencer :

 

Quel est l’Ancêtre de la clarinette ?

Le chalumeau !

 

clarinette_chalumeau

 

 

 

 

 

 

 

Le chalumeau pastoral date du Moyen Age, c’est un instrument de 30 cm environ qui ne possédait que 8 ou 9 trous. C’est vers 1690 que Johann Christoph Denner (1655-1707) à Nuremberg transforma le chalumeau de façon décisive en améliorant la sonorité et en développant son étendue. C’est ainsi que le chalumeau devint la clarinette.

A quelle famille d’instruments appartient-elle ?

Les Bois

Combien de types de clarinette différents existent-ils ?

13 ! De l’aigu au grave… de la petite clarinette sopranino à la clarinette contrebasse.

 

 

I La clarinette dans la musique classique.

 

Vous le constaterez dans les exemples qui suivent : La création d’une œuvre est quelquefois l’histoire d’une rencontre décisive entre un compositeur et un instrumentiste.
C’est le cas pour Wolfgang Amadeus Mozart, Johannes Brahms et Carl Maria Von Weber qui ont rencontré chacun un clarinettiste virtuose, les incitant à composer de grands chefs-d’œuvre, inoubliables.

 

1. Adagio du concerto pour clarinette KV 622 (1791) de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791).

 

mozart

Wolfgang Amadeus Mozart

antoine stadler

Anton Stadler

 

 

 

 

 

 

 

Pour Mozart, c’est le clarinettiste de génie Anton Stadler. Ce musicien est à l’origine de la dernière et célèbre œuvre de Mozart : le Concerto pour clarinette KV 622. Anton Sadler est un ami intime et frère en maçonnerie du compositeur. La sonorité souple, riche et chaleureuse de la clarinette attirait beaucoup Mozart. Ce concerto subjugue par la luminosité et la tendresse qui s’en dégagent et offre à la clarinette un rôle de tout premier plan dans l’histoire de la musique.

 

 

 

2. Concerto n°1 pour clarinette et orchestre (1811) opus 26 de Carl Maria Von Weber (1786-1826)

 

baermann rogné

Heinrich Josef Baermann

carl-maria-von-weber-granger

Carl Maria Von Weber

 

 

 

 

 

 

 

Le deuxième duo célèbre est le clarinettiste Heinrich Josef Baermann (1784-1847) et le compositeur Carl Maria Von Weber qui à l’exception d’un duo pour clarinette lui dédiera l’ensemble de ses oeuvres. Heinrich Josef Baermann est premier clarinettiste de Sa Majesté le Roi de Bavière au sein de l’orchestre de la cour. Le concerto n°1 est tourné vers Mozart et suit la coupe traditionnelle en 3 mouvements, vif-lent-vif. Il s’agit ici du finale virtuose et entrainant qui conclue gaiement l’œuvre.

3. Quintette pour clarinette et quatuor à cordes opus 115 en si mineur  de Johannes Brahms (1833-1897)

 

Brahms vieux

Johannes Brahms

richard muhlfeld

Richard Mühlfeld

 

 

 

 

 

 

Pour Brahms, un siècle plus tard, c’est un dénommé Richard Mühlfeld, pour qui le compositeur compose alors deux Sonates et surtout le Quintette pour clarinette et quatuor à cordes, sommet absolu de la musique de chambre, où le compositeur exploite la veine crépusculaire et intensément nostalgique de l’instrument.

4. Sonate pour clarinette et piano (1962) de Francis Poulenc (1899-1963)

 

Dernière œuvre du compositeur, le mouvement lent est écrit dès 1959 et il la complètera jusqu’à sa mort en janvier 1963 (Poulenc avait cette sonate sur son bureau fraichement raturée le 30 janvier 1963 jour de son décès). Cette sonate est dédiée à Arthur Honegger et a été écrite pour le clarinettiste de jazz Benny Goodman. Ce dernier accompagné de Leonard Bernstein au piano en fit une première mondiale au Carnegie Hall de New York le 10 avril 1963 comme  l’avait promis Poulenc.

 

 

 

5.  Concerto pour clarinette et orchestre à cordes, harpe et piano (1948) d’Aaron Copland (1900-1990)

 

Le Concerto pour clarinette et orchestre à cordes, harpe et piano est un concerto d’Aaron Copland. Composé en 1948, il est interprété à New York par Benny Goodman son dédicataire. Le concerto est en deux parties enchainées. Ci-dessous la deuxième partie avec Benny Goodman lui-même à la clarinette.

 

 

6. Trois pièces (1918) d’Igor Stravinsky (1882-1971)

 

Ces trois pièces d’une grande liberté mélodique sont à la fois les plus anciennes et les plus connues des pièces pour clarinette seule, un répertoire qui a démarré au 20e siècle. L’œuvre serait inspirée directement par Sidney Bechet. Stravinsky l’aurait entendu jouer quelques notes de blues improvisé dans un hall, lors d’une tournée en Europe.

 

 

 

 

7. Opéra et clarinette : Tosca (1900) de Giacomo Puccini (1858-1924)

 

L’opéra romantique en particulier italien offre aux clarinettistes quelques-unes des plus belles pages de leur répertoire que l’on songe à la force du destin de Verdi ou encore à Tosca de Puccini. Nombreux sont les maitres italiens qui composent pour la clarinette des « pots-pourris » paraphrases et autres variations sur des airs d’opéras célèbres.

Ci-dessous, l’introduction à la clarinette accompagnant la douleur du personnage de Mario dans l’air du 3e acte « E lucevan le stelle » de Tosca de Puccini.

 

 

8. Rhapsody in Blue (1924) de Georges Gershwin (1898-1997)

 

Enfin, l’incontournable glissando de la clarinette dans la Rhapsody in Blue du compositeur américain Georges Gershwin. L’oeuvre combine des éléments de musique classique et de jazz.

 

 

 

 

II Jazz et clarinette

 

 1 La clarinette Jazz au début du 20 ème siècle

 

groupe-jazz-mariage

La clarinette fait partie des orchestres de jazz dès le début du XXème siècle. Très présente dans le Jazz de la Nouvelle Orléans, elle est alors un instrument clé de la musique de jazz puisqu’elle joue le rôle de contre-chant face au trombone ou à la trompette. Le clarinettiste brode alors autour du thème principal.
Trois solistes se démarquent dans les années 20 : Johnny Dodds, Jimmie Noone et Sidney Bechet

 

Dodds  Johnny Dodds (1882-1940)

Johnny Dodds est, ds les années 20, l’un des musiciens les plus cotés, aussi bien dans les orchestres que dans les studios d’enregistrement. Il s’est intégré merveilleusement à toutes les formations réputées, comme celles de Kid Ory, King Oliver, Jelly Roll Morton, Louis Armstrong (les fameux Hot Five). Il excelle dans l’accompagnement mais aussi dans le blues où il atteint des sommets d’émotion.

 

Jimmie Noone photo  Jimmie Noone (1895-1944)

Jimmie Noone quant à lui, se fait remarquer pour son jeu raffiné et virtuose et fait figure de modèle auprès de ses contemporains et successeurs.

 

bechet  Sidney Bechet (1897-1959)

Sidney Bechet est considéré comme l’un des solistes et improvisateurs les plus marquants de la première moitié du 20ème siècle. S’il est surtout célèbre en tant que saxophoniste, sa sonorité, son souffle lyrique font de lui un clarinettiste hors pair.

 

2. La clarinette Jazz dans les années 30

 

Jitterbug_Wolcott_FSA

À la période swing, dans les années 30, les saxophones tendent à remplacer la clarinette. Cependant, le clarinettiste blanc Benny Goodman tient encore le haut du pavé !

 

BennyGoodmanandBandStageDoorCanteen  Benny Goodman (1909-1986)

Clarinettiste et chef d’orchestre de jazz américain, Benny Goodman est surnommé « roi du swing » grâce à la popularité de son big band. Il est l’un des premiers musiciens blancs à embaucher des musiciens noirs, en pleine période de ségrégation raciale. Cependant, les « purs » jazzmen lui reprochent un jeu trop technique et un manque d’authenticité.
Voici un extrait d’un des succès de Benny Goodman des années 1930 « Moonglow », joué par Benny Goodman lui-même, mais ds les années 1970.

 

 

 

Artie_Shaw_Playing  Artie Shaw (1910 – 2004)

Artie Shaw a dirigé de nombreux big bands et fut un temps considéré comme le rival en notoriété de Goodman. Il a été sacré roi de la clarinette. Voici un extrait vidéo de l’époque « Concert for clarinet »

 

 

 

3. La clarinette Jazz dans le New Orleans revival (après-guerre)

 

Après-guerre, de nombreux clarinettistes ont voulu recréer l’esprit des pionniers du jazz. C’est ce que l’on appelle le style New Orleans Revival. Claude Luter en est le plus grand représentant en France.

claude luter et bechet 2  Claude Luter (1923-2006) et Sydney Bechet

Clarinettiste, saxophoniste soprano et chef d’orchestre de jazz, il est à ses débuts fortement influencé par Johnny Dodds, dont il reprend style et sonorité.
Après guerre, il se produit dans une cave de Saint Germain des Près fréquenté par le tout Paris intellectuel. C’est le temps légendaire du « Lorientais » en 1946, puis du « Vieux Colombier » en 1948.
Sa rencontre avec Sidney Bechet a marqué toute sa carrière. Voici un extrait justement où il joue en compagnie de Bechet.

 

 

 

4. La clarinette dans le Jazz moderne

 

Dans les années 60, Eric Dolphy réhabilite la clarinette basse et à partir des années 70, de nombreux clarinettistes s’illustrent sur l’instrument. On va s’arrêter sur Eric Dolphy mais aussi Michel Portal et Louis Sclavis.

2551619457_9512686c7d_n  Eric Dolphy (1928-1964)

Eric Dolphy est un musicien de jazz américain qui a joué du saxophone alto, de la flûte traversière, de la clarinette et de la clarinette basse.
Au début il se produit dans des orchestres de be bop mais il se fait réellement connaître qu’à partir de 1958, année où il est engagé par le batteur Chico Hamilton puis en 1959 par le contrebassiste Charles Mingus. Il se livre alors à de vraies audaces musicales.En 1960, il enregistre, avec le double quartet dirigé par le saxophoniste Ornette Coleman, l’album Free jazz, véritable manifeste de l’avant-garde du jazz de l’époque.
Outre ses qualités d’instrumentiste, il est aussi un excellent compositeur. Il meurt d’une crise cardiaque à l’âge de 36 ans.
Voici une improvisation sur le morceau « Take the A train » de D. Ellington

 

 

 

18377061652_282b5ddec8_n  Michel Portal (1935 -…)

Michel Portal est un compositeur et musicien éclectique. Il est avant tout saxophoniste et clarinettiste de jazz. Mais il interprète également de la musique classique et a composé des bandes originales de films et téléfilms.
Il est, parmi d’autres, à l’origine du mouvement Free en France et a obtenu de nombreux prix.

 

 

 

 

Louis_Sclavis-5755  Louis Sclavis (1953-…)

Louis Sclavis est un clarinettiste, saxophoniste et compositeur de jazz français.
Il a récolté de nombreux prix dont celui de meilleur musicien de jazz français, le prix Django Reinhardt.

 

 

 

III La clarinette parcourt le Monde

1/ La clarinette dans le Klezmer

 

 

klezmer

Le klezmer, tradition musicale des Juifs ashkénazes (d’Europe centrale et de l’Est) s’est développé à partir du XVe siècle. Il s’inspire des musiques du Moyen-Orient, d’Europe centrale et d’Europe de l’Est.
La clarinette a une part importante dans la musique klezmer car tout comme le violon, la flûte, l’accordéon ou la trompette, elle était un instrument facilement transportable et peu couteux pour les klezmorim, les musiciens itinérants.
Entre 1870 et 1920, une vague migratoire vers les Etats-Unis permet à la musique klezmer de connaitre un nouvel essor tout en étant influencé par le Jazz naissant.
Cependant, la Shoah détruit une grande partie de la tradition musicale klezmer en Europe.
A partir des années 1970, des artistes se sont à nouveau impliqués dans la musique klezmer, tels que Giora Feidman, The Klezmatics avec David Krakauer, et ont permis de remettre cette musique au goût du jour, voire de la faire évoluer dans des directions nouvelles.

Une discographie complète par ici !

Nous allons vous présenter quelques clarinettistes incontournables de klezmer même s’il a fallu faire des choix.

NBrandwein  Naftule Brandwein (1884-1963)

Naftule Brandwein, clarinettiste juif, est né en Autriche-Hongrie et émigre à 19 ans aux Etats-Unis où il connait un succès retentissant. Nombre des compositions de Brandwein sont devenus des standards dans le milieu de la musique klezmer, notamment depuis son renouveau dans les années 1970. La nouvelle génération le cite comme source principale d’inspiration (Yom par exemple).

Ecoutons l’extrait intitulé « Nifty’s freilach »

 

 

 

Dave Tarras  Dave Tarras (1895_1989)

Dave Tarras est une autre figure majeure de la musique klezmer du XXe siècle. Né en Ukraine, il émigre aussi aux Etats-Unis à l’âge de 26 ans. Il est connu pour sa longue carrière et son jeu très habile à la clarinette. Tout comme Naftule Brandwein, il a joué un rôle de mentor auprès de la nouvelle génération.

Voici un extrait sonore intitulé « Zefki ikh bin dyner sher »

 

 

Giora_Feidman  Giora Feidman (1936-…)

Giora Feidman est né à Buenos Aires où ses parents juifs de Bessarabie ont immigré en 1905, pour échapper aux persécutions. Il est devenu un des principaux représentants de la musique klezmer contemporaine, en y associant des éléments de jazz, de soul et de musique classique.

 

 

David_Krakauer  David Krakauer (1956-…)

David Krakauer est un clarinettiste américain issu d’une fa mille juive émigrée de Pologne et de Russie à la fin du XIXe siècle. Figure emblématique du renouveau du klezmer, il l’a marié au jazz, au blues, au rock, au funk et à la musique électronique en mélangeant instruments traditionnels et instruments électriques. Membre de plusieurs groupes dont The Klezmatics, Klezmer Madness! ou Abraham Inc., il continue en parallèle ses collaborations avec des ensembles de musique classique et contemporaine.

 

 

 

Yom_1  Yom (1980 -…)

Yom est un jeune clarinettiste klezmer français. Très éclectique, il a exploré différents univers comme le rock et l’électro en jouant dans de nombreux groupes dont Klezmer Nova. Puis il a décidé de se consacrer à des projets plus personnels.

Voici un extrait de son dernier album « le silence de l’exode ».

 

2/  Musique des balkans

 

La clarinette est aujourd’hui, avec le saxophone, l’instrument roi de la musique des Balkans. On la trouve notamment en Bulgarie, en Macédoine (grneta), en Serbie (gërnëte), en Grèce (klarino), en Arménie (klarnet) ou au sud de la Roumanie où elle est colportée par les musiciens tsiganes ou juifs. Elle est présente dans des ensembles chalgia qui jouent dans les noces, les danses (berance) les fêtes de village, et aujourd’hui dans des concerts « modernes » où se marient claviers, batterie, et instruments traditionnels.
Balkan clarinet submit composé d’instrumentistes grecs, serbes, roumains, moldaves et bulgares.

 

Une discographie complète par ici !

3/ La musique turque

 

La clarinette est très présente dans la musique turque (sous le nom de klarnet), parfois sous sa forme occidentale, parfois sous la forme d’une clarinette en métal mais plus fine, plus petite et de forme sensiblement différente. Certaines personnes non mélomanes ou non averties peuvent la confondre avec un saxophone soprano.
Place à Selim Sesler, un célèbre virtuose de la clarinette turque.

 

 

4/ La musique syrienne par Kinan Azmeh

 

Kinan Azmeh est un talentueux clarinettiste syrien. Né à Damas, il est Diplômé de l’école Juilliard de New York et a déjà joué dans les salles du monde les plus prestigieuses : Carnegie Hall, Opéra Bastille, Royal Albert Hall… Il a partagé la scène avec les plus grands musiciens de ce temps comme Yo-Yo Ma ou encore Daniel Barenboim.

 

 

5/   Clarinette et musique biguine

 

Dernière destination : les Antilles ! Comme le jazz né à la Nouvelle-Orléans, la biguine qui émergea aux Antilles à peu près à la même époque (fin 19esiècle), est une musique métisse qui résulte d’un mélange d’influences africaines et européennes.
A l’origine les orchestres étaient constitués d’instruments à corde : guitares, mandolines, violons, violoncelles auxquels s’ajoutèrent la clarinette, le trombone, le piano… Contrairement au jazz où à partir des années 30 les clarinettistes passèrent au saxophone, dans la biguine la clarinette resta l’instrument roi même si de nombreux clarinettistes utilisèrent le saxophone.
Fondé par Patrice Caratini en 1997, le Caratini Jazz Ensemble est une grande formation de jazz qui rassemble quelques-uns des meilleurs musiciens français, toutes générations confondues.

 

Une discographie complète par là !

Catégories : A l'affiche! | Étiquettes : , , , | Un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :