Les coulisses

Déplacer le curseur… (Ou comment j’ai travaillé dans une nouvelle bibliothèque).

Sympa le coup de d’œil de Céline de la Bibliothèque Louise Michel sur notre belle Médiathèque !

Louise et les canards sauvages

Mi-Août, Louise Michel a fermé ses portes au public pour la réalisation de travaux dans le bâtiment, impliquant de sombres histoires de trous dans un mur et de chaudière à réparer. On me souffle même dans l’oreillette qu’il y aurait de nouveaux spots lumineux dans l’espace fiction adulte et jeunesse !

canard plastique, médiathèque marguerite duras, bibliothèque louise michel OK, je VEUX le même tapis à Louise Michel !

Poussière, bruits, passage des ouvriers affectés aux travaux : l’équipe de Louise Michel a dû prendre des congés ou se trouver de nouveaux lieux d’accueil (et donc, de travail !) durant les travaux.

Enfin, l’occasion idéale pour moi de tester ce que j’aimerais voir pérenniser comme pratique :

View original post 813 mots de plus

Publicités
Les coulisses

La semaine de Mazayo まさよ

Bonjour ! こんにちは

Je suis une bibliothécaire japonaise de la médiathèque de l’Institut français du Japon – Tokyo, donc le pays du Sushi et de « nyan-nyan » ! (miaou miaou en français).

J’ai commencé un stage d’observation dans la médiathèque Marguerite Duras  samedi dernier, dans le cadre d’une formation pour les bibliothécaires à l’étranger . Ma médiathèque se trouve au centre de Tokyo, mais elle est beaucoup plus petite qu’ici (1/15), mais c’est quand même la plus grande bibliothèque publique française au Japon.

En arrivant, lors de la visite guidée par Alexia, conservatrice, responsable adjointe de Marguerite Duras, j’ai eu l’impression de me sentir « Alice in wonderland ».

alice

Il n’y manque rien : toutes les collections, tout l’équipement, tous les espaces pour les usagers – enfants, adolescents, étudiants, adultes… –  Tous les animations et événements ainsi que les outils virtuels tels que Bibliothèque numérique et  la collection  « Lire autrement » … je n’ai jamais connu une bibliothèque pareille au Japon,  à ma connaissance.  Je trouve qu’ici  les médiathèques sont très en avance en matière de « Numérique ».  Mes amis  français, ne vous y trompez pas, les japonais ne sont pas si bien en technique de pointe dans le milieu de la bibliothèque !

Le bâtiment est une construction très agréable et bien organisée pour l’utilisation du public de même que pour le personnel, me semble-t-il.  Il est très important que le lieu ait du charme pour le public, dans ce sens notre médiathèque au Japon, elle est aussi très kawaï ! (afin de donner envie de venir).  Oui, c’est une bibliothèque « chouette », où on doit se sentir bien tant sympa que sérieux ?

Enfin, tout le personnel, en particulier, me donne une grosse envie de travailler ensemble, ce qui me semble le plus important, quand on est bibliothécaire.

La différence entre la médiathèque Marguerite Duras et la médiathèque français de Tokyo ? Pour  le savoir, venez visiter notre médiathèque, c’est la meilleure façon de vivre les médiathèques  !!

Merci beaucoup ! どうもありがとうございました

Masayo まさよ

Les coulisses

Le Paris de nos aînés

Tous les 15 jours nous recevons, les mercredis matins, 2 groupes de personnes âgées des Centre d’accueil de jour Les Balkans et Etimoë , pour une séance de lectures, de chansons, de contes ou de projections de films.

Ces séances conviviales sont très appréciées. Non seulement par le public, (quelques-unes de ces dames adorent chanter ) mais aussi par nous, bibliothécaires, qui les organisons. C’est l’occasion de mettre en valeur nos documents et faire découvrir des pépites.

La dernière séance était consacrée à Paris et nous vous recommandons le beau court métrage de Joris Ivens « La Seine a rencontré Paris » un documentaire poétique en noir et blanc de 1957.

Sur une musique originale de Philippe Gérard, enchanté(e)s par le commentaire de Jacques Prévert dit par Serge Reggiani nous pénétrons dans Paris par voie fluviale en nous laissant conduire au fil de l’eau. On participe au plaisir du cinéaste qui observe les gestes quotidiens des mariniers, des  artisans, filme à la dérobée des couples d’amoureux, un photographe et ses mannequins .

Puis (heureux hasard ?) survient un thème récurrent dans l’œuvre d’Ivens : l’orage fait fuir les promeneurs qui courent s’abriter.

Joris Ivens (1898-1989) eut une longue carrière d’artiste militant. Il répondit notamment à l’invitation de Poudovkine pour travailler en Union soviétique, il s’engagea aux côtés des républicains espagnols, puis porta témoignage sur tous les combats de ce que l’on a appelé le Tiers-mondisme. Cependant, si le sens de la responsabilité politique le préoccupait au plus au point, Joris Ivens ne renonça jamais au regard poétique qu’il aimait porter sur les choses et qui marquait déjà ses tout premiers films.

Le film de Joris Ivens  est un film-poème sur Paris et la vie parisienne aux bords de la Seine.
« Jacques Prévert n’a pas mis Paris en bouteille. Il l’a mis en Seine ».

Pour compléter cette projection nous avons lu des textes… de Prévert bien sûr ! « Chanson de la Seine », « Étranges étrangers », ainsi que ce « Couplet de la rue de Bagnolet » de Robert Desnos que nous vous livrons :

Couplet de la rue de Bagnolet

Le soleil de la rue de Bagnolet
N’est pas un soleil comme les autres.
Il se baigne dans le ruisseau,
Il se coiffe avec un seau,
Tout comme les autres,
Mais, quand il caresse mes épaules,
C’est bien lui et pas un autre,
Le soleil de la rue de Bagnolet
Qui conduit son cabriolet
Ailleurs qu’aux portes des palais.
Soleil ni beau ni laid,
Soleil tout drôle et tout content,
Soleil d’hiver et de printemps,
Soleil de la rue de Bagnolet,
Pas comme les autres.

Robert Desnos

Les coulisses

Bibliothèques hors les murs (BHLM) : vivement l’été prochain!

Pour cette année, c’est fini; tout l’été, les bibliothèques de la Ville de Paris se sont mises au vert dans les squares et jardins publics. C’est ce qu’on appelle les bibliothèques hors les murs (BHLM)!

bhlm

 

IMG_2140IMG_2132

L’équipe de la médiathèque Marguerite Duras était présente au square de la Salamandre le jeudi de 17h à 18h30, du 7 juillet au 25 août.

 

 

 

Découvrez l’interview de Florence, bibliothécaire Jeunesse dans notre équipe:

Nous nous installons avec nos livres, nous déployons un tapis de sol et c’est parti pour un moment de lecture conviviale en commun ou en solo!

Pour les bibliothécaires, c’est un chouette moment aussi, on se « mélange »avec nos collègues estampillés « Jeunesse », tous les volontaires de l’équipe sont les bienvenus.

IMG_2139  IMG_2137 IMG_2135 IMG_2134

 

 

 

 

 

C’est aussi l’occasion pour nous de partager avec vous les livres, albums que nous aimons lire aux enfants… avec les commentaires des bibliothécaires qui ont fait cette sélection.

C’est parti!

taupe

De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête / Werner Holzwarth

Dans la version « livre tactile » on peut toucher le pelage des animaux… et leurs crottes.

 

 

chien bleu

Chien bleu / Nadja

On l’adore, tout simplement!

 

 

 

 

jardin potager

Au jardin potager / Vincent Mathy

La grande image « Au jardin potager » est en carton et a beaucoup plus aussi ! Les enfants s’amusent à retrouver les objets et personnages du petit livret fourni dans l’image. L’image montre différents types de fruits et légumes, et d’accessoires de jardin.

 

 

verdodu

Le beau ver dodu / Nancy Van Laan

Impossible de s’en lasser!

 

 

 

nivu

Ni vu ni connu / Michaël Escoffier

La chute est inattendue et drôle!

 

 

 

dad

Dad / Nob

Très drôle et contemporain

 

 

 

sanders

Délivrez-moi / Alex Sanders

Un grand classique et qui marche à tous les coups : je l’ai lu vingt fois de suite à un enfant lors d’une BHLM cette année.

 

 

 

monstrepoilu

Le monstre poilu / Henriette Bichonnier

C’est dans les vieux pots… Un CLASSIQUE, un vrai, un vieux !

LE livre que j’ai sans doute le plus lu/raconté/détourné…

 

 

tunnel

Le tunnel / Anthony Browne

Toujours un franc succès!

 

 

 

corentin

Tête à claques / Philippe Corentin

J’aime beaucoup lire  » tête à claque  » , car j’aime beaucoup les loups peureux, ronchons et de mauvaise foi.

 

 

 

RDV l’année prochaine!

Les coulisses

Ziggy or not Ziggy ? Et si on parlait glam…

Retrouvez l’interview d’Agathe et Didier, nos deux spécialistes du glam rock.

Capture

Pour ceux qui ont eu la chance d’être là, rappelez-vous, ce sont eux qui ont présenté l’heure musicale consacrée à cet extravagant courant musical en septembre dernier ! Et pour les autres, pas de panique, voici une petite séance de rattrapage !