Découverte de l'Est parisien

Meubles en folie : dans l’intimité retrouvée du Pavillon de l’Ermitage

Le Pavillon de l’Ermitage, partenaire du fonds Découverte de l’Est parisien de la médiathèque, ré-ouvre ses portes après la trêve hivernale. Il inaugure une nouvelle exposition Les Plaisirs de l’Ermitage – dans l’intimité retrouvée d’une folie au XVIIIe siècle, qui se tient jusqu’au 16 avril 2017. Dans ce cadre, nous vous proposons une série de cinq « Chroniques mobilières » qui revient sur l’étonnante histoire de quelques meubles anciens au nom chantant et aux formes revisitées par nos actuels designers. En fin de chronique, vous trouverez une sélection de titres pour en savoir plus sur le mobilier du XVIIIe siècle.

Plaisirs de la toilette : se baigner et se pomponner

 Chronique n° 5 / 5

La mort de Jean-Paul Marat, gravure

Le XVIIIe siècle ne mésestime pas l’hygiène corporelle.

Le bain est un moment de luxueuse détente, d’intimité, voire de travail pour les penseurs souffreteux.

Marat intègre à sa baignoire une planche faisant office d’écritoire.

Pour chauffer l’eau du bain, acheminée par une conduite, des braises sont placées dans une cavité située en partie inférieure de la cuve en cuivre martelé.

Une fois l’eau portée à température idéale et les braises ôtées, un large drap recouvre la baignoire prête à recevoir son occupant, vêtu d’une chemise et installé en position assise.

Femme à sa toilette, huile sur toile, XVIIIe siècle

Près du baigneur ou de la baigneuse, sont disposés du savon, une éponge et une serviette frangée faisant office de « sortie de bain ». L’eau usée s’évacue par une conduite placée sous le bassin.

Pour parfaire les soins accordés au corps et au visage, une table « juponnée », couverte d’un tissu chatoyant, fait office de coiffeuse. Pots et palettes à fards, brosses, pommades et onguents, boîtes et palettes « à mouches » sont disposés avec soin.

Au fil du siècle, la table de toilette évolue en véritable meuble d’ébénisterie, équipé de compartiments mobiles pour les modèles les plus sophistiqués.

 

Monté sur pied ou intégré au meuble, le miroir renvoie l’image satisfaisante de la toilette matinale, souvent accomplie en présence d’un confident, d’un visiteur ou d’un marchand de modes.

Table de toilette, vers 1840 – collection particulière

Au milieu du XIXe siècle, la table de toilette est dotée de porte-serviettes.

Ceint d’un rebord continu, pour éviter la chute d’objets, son plateau fixe est parfois garni de marbre, pratique pour nettoyer les résidus de poudre.

Si la table de toilette disparaît de nos salles de bain, à la faveur de rangements plus commodes et de miroirs muraux, d’anciens modèles sont « relookés » et patinés pour s’adapter aux designs contemporains.

 

Lire la chronique précédente

«Les Plaisirs de l’Ermitage – dans l’intimité retrouvée d’une folie au XVIIIe siècle », du 16 mars au 16 avril 2017, au Pavillon de l’Ermitage, 148, rue de Bagnolet, 75020 Paris (ouverture du jeudi au dimanche 14 h – 17 h 30).

 

Le meuble au XVIIIe siècle – la sélection de Marguerite :


18e, Aux sources du design : chefs-d’oeuvre du mobilier 1650-1790 : [exposition, Versailles, 26 octobre 2014-22 février 2015], Château de Versailles

Faton

 

Décors, mobilier et objets d’art du Musée du Louvre : de Louis XIV à Marie-Antoinette

Somogy ; Musée du Louvre

 

 

 

VOGLEY, Jean-Charles

L’ameublement français : 850 ans d’histoire

Eyrolles

 

 

MELEGATI, Luca

Comment identifier le mobilier : de la Renaissance à l’Art déco

Hazan

 

 

BONY, Anne

Esprit meuble design : l’évolution esthétique de l’Antiquité à nos jours

Editions du Regard

 

 

FAVETON, Pierre

Reconnaître les meubles de style

Massin

 

 

Le Faubourg Saint-Antoine : architecture et métiers d’art

Action artistique de la Ville de Paris

 

 

 

RIVIERE, Rémi

Le château de Bagnolet

Amis de l’Ermitage

lire autrement

Le pôle « Lire autrement » n’a jamais vu l’Afrique

Nous vous proposons un retour en vidéo sur le Parcours tactile organisé par le pôle « Lire Autrement » autour de l’expo de Clem Letrusko en présence de l’artiste….

Pour réaliser ses masques, il arpente les rues de la capitale à la recherche d’objets délaissés de toutes les cultures. Dans son atelier, il leur redonne une nouvelle identité en créant de nouveaux Masques aux expressions et textures uniques. Un bon exemple d’éco-création responsable.

Sa peinture s’inspire de ses masques et dans ses installations plusieurs versions se côtoient : sculptures, peintures, vidéos…

« J’ai Jamais vu l’Afrique » visible jusqu’au 19 avril 2017…

clem

Le Numérique

Démêler le vrai du faux sur Internet

Dans la pratique journalistique venue d’outre atlantique je demande… le fact-checking. Le fact-checking c’est le fait de vérifier les faits.  Particulièrement ceux qui parcellent les discours des hommes et femmes politiques.

Devant la masse d’informations qui nous parvient chaque jour, devant la possibilité pour chacun de partager avec le monde des affirmations ou des faits sans qu’il soit possible de les confronter. Devant la surmédiatisation d’hommes publics devenus docteurs ès mise en scène de leurs actions, devant les dérives sensationnalistes de certains médias, devant la montée des démagogues experts en approximations, en contrevérités et en désinformation, la recherche de la vérité est peut-être plus nécessaire aujourd’hui que jamais. Depuis quelques années des cellules, des individus au sein des médias, des sites se spécialisent dans la vérification des faits. Aidés en cela par les nouvelles technologies (data-journalisme, algorithmes) qui ont permis de développer des expériences de vérification innovantes.

Voici une mise en lumière de quelques sites et applications qui nous ont semblé représenter au mieux cette pratique journalistique.

Les Décodeurs (Le Monde.fr) et leur excellent DECODEX (listage de sites diffusant de fausses informations). Créée le 10 mars 2014, les décodeurs est une rubrique du site Web du quotidien français Le Monde dont l’objet est de vérifier des informations données sur des thématiques variées. L’équipe des décodeurs est constituée d’une dizaine de personnes incluant des journalistes, des infographistes, des spécialistes de réseaux sociaux des Data journalistes (journalisme de recherche et d’analyse des données informatiques, les datas).

Hoaxbuster.com fonctionne sur un principe collaboratif. L’internaute qui reçoit un courriel s’apparentant à un hoax (canular) ou qui détecte une information suspecte peut recopier une partie du message dans le moteur de recherche d’HoaxBuster. Si le message est recensé, le site fournit des précisions sur la véracité des informations et l’attitude à adopter. Que le message ne soit pas recensé n’implique pas qu’il ne s’agisse pas d’un hoax. Il peut par exemple être trop récent pour avoir été ajouté. L’internaute a alors la possibilité de faire des recherches dans les forums du site HoaxBuster. S’il n’y a rien trouvé non plus, il a la possibilité de poster un message afin qu’il soit analysé par d’autres internautes et par l’équipe animant le site.

Association de loi de 1901, « Acrimed » se donne pour but « d’intervenir publiquement, par tous les moyens à sa disposition, pour mettre en question la marchandisation de l’information, de la culture et du divertissement, ainsi que les dérives du journalisme quand il est assujetti aux pouvoirs politiques et financiers et quand il véhicule le prêt-à-penser de la société de marché ».

CrossCheck : Coordonné par une ONG, CrossCheck est une plate-forme de vérification de l’information qui implique 37 rédactions françaises et des médias internationaux. Lancée le 28 février 2017, elle a été imaginée par le réseau de fact-checking « First Draft News » et financée en partie par Google News Lab.

Map-Checking  est un vérificateur de densité urbaine. Si vous en avez assez, à chaque fin de manifestation ou de rassemblement, de l’éternelle guerre des chiffres rapportés par les uns ou les autres, ce site est fait pour vous.

Enfin, pour des conseils pratiques sur la manière de vérifier et d’utiliser des informations fournies par la foule, consultez le « Guide de Vérification ». Créé à l’intention des journalistes, chacun peut l’utiliser à titre personnel.

Les fact-checkeurs suscitent de nombreux débats. Posent-ils les bonnes questions ? Passent-ils à côté des vrais enjeux ? N’est-il pas dangereux de tout objectiver par des nombres ? Ce qui peut contribuer à un affaiblissement du débat. Quelle place cette pratique de l’instantané fait-elle à l’analyse du sens prêté aux chiffres ? D’autres encore soulignent que si le fact-checking est impressionnant au début, le « Power-checking » serait plus intéressant, révélant d’où parle quelqu’un, comment il est arrivé là, à qui il dit merci, qui le téléguide et surtout…qui le paie. Un peu l’esprit, en somme, de l’émission Web « Osons Causer ».

Sans modération

Coups de coeur polar (avril)

97828195041840-3169313LAINE, Marc

Démons

Les Nouveaux Auteurs, 2016

Coup de cœur de Franck Thilliez. Prix VSD du Polar 2016

1er roman très réussi de cet auteur qui met en scène un lieutenant de police à l’humeur sombre et souffrant affreusement d’une cicatrice qui lui lacère le visage de long en large depuis des années. Maxime, sera tout désigné par sa hiérarchie pour vaincre ces démons mais saura t-il, pourra t-il être à la hauteur de cette série de meurtres plus insoutenables les uns que les autres ?

Ce roman s’adresse résolument aux amateurs de sensations fortes qui trouveront dans ces 540 p. de quoi nourrir quelques nuits blanches ou de terribles cauchemars. Âmes sensibles s’abstenir !

 

MANZOR, René

Dans les brumes du mal

Calmann Levy, 2016

D’abord, il y a l’atmosphère – humide et sauvage – du brouillard, des marécages. Et puis il y a les enfants qui disparaissent. On croit voir l’ombre fantomatique du shadduh vaudou. On se demande qui et pourquoi. L’ enquête est particulièrement retorse et pas moyen d’y échapper  pour Dahlia, enquétrice au F.B.I qui l’oblige à retourner sur les lieux de sa jeunesse. Le style est rapide, très efficace et le lecteur navigue à vue dans les brumes du mal.

Également disponible en version numérique.

KALLENTOFT, Mons et LUTTEMAN, Markus

Zack

Trad. du suédois par Frédéric Fourreau

Gallimard (Série noire)

Avec » Zack » débute une série qui promet de belles surprises par l’un des auteurs des « Saisons » qu’on ne présente plus !

Également disponible en version numérique.

Découvrez l’interview de Markus Lutteman dans le Monde  du 2 avril 2016 : goo.gl/64huND

ESKEN, Allen

Mensonge bien gardé

Trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Baptiste Raucy-Delpierre

Delpierre, 2016

Encore un premier roman prometteur de cet auteur qui fut avocat d’affaires criminelles pendant 20 ans. L’histoire est simple : un étudiant doit rédiger la biographie de quelqu’un dans le cadre de ses études littéraires. Alors pourquoi pas un ex-detenu, rongé par le cancer et qui attend la fin dans une maison de retraite ? Sachant que l’ex-detenu a été condamné à perpétuité et emprisonné pendant 30 ans et qu’il est innocent. Reste juste à le prouver. Joe « l’étudiant » y mettra toute sa hargne et son humour pour y parvenir. Un très bon suspense.

Découverte de l'Est parisien

Meubles en folie : dans l’intimité retrouvée du Pavillon de l’Ermitage

Le Pavillon de l’Ermitage, partenaire du fonds Découverte de l’Est parisien de la médiathèque, ré-ouvre ses portes après la trêve hivernale. Il inaugure une nouvelle exposition Les Plaisirs de l’Ermitage – dans l’intimité retrouvée d’une folie au XVIIIe siècle, qui se tient jusqu’au 16 avril 2017. Dans ce cadre, nous vous proposons une série de cinq « Chroniques mobilières » qui revient sur l’étonnante histoire de quelques meubles anciens au nom chantant et aux formes revisitées par nos actuels designers. En fin de chronique, vous trouverez une sélection de titres pour en savoir plus sur le mobilier du XVIIIe siècle.

Plaisirs de la conversation et du repos : de bergère en voltaire

Chronique n° 4 / 5

Bergère contemporaine – design Intérieur déco

S’épargner et se reposer, telle est bien la fonction majeure du meuble !

Affublé de couvertures épaisses, Voltaire, jeune philosophe mondain sous la Régence (1715-23), se plaint constamment du froid et se pelotonne au fond de son fauteuil – un terme apparu au XVIIe siècle, pour se livrer à l’écriture ou à la rédaction de son courrier. Dès cette époque, les sièges se spécialisent.

Pour le confort de la conversation, les dossiers se cintrent et s’arrondissent, le siège, rembourré, devient plus profond. Basse et enveloppante avec ses bras pleins, la bergère, dérivée du siège de « commodité » tenu à l’écart des pièces de réception, s’invite désormais au salon.

Fauteuil voltaire, style Louis-Philippe – collection particulière

Sa cousine la marquise accueille deux personnes côte à côte, la duchesse s’allonge « en bateau » jusqu’au canapé, qui prend les formes les plus variées.

Amovibles, cannages et tissus de recouvrement – le mot « canapé » dérive du tissu léger qui protégeait les lits des moustiques – alternent en fonction des saisons et de l’humeur.

Quant au fauteuil voltaire, il appartient à un autre siècle que celui du philosophe des Lumières.

Né sous le règne de Louis-Philippe (1830-48), ce siège simple et cossu à haut dossier et accotoirs rembourrés favorise le repos du malade. Souvent monté sur roulettes, le voltaire possède une version inclinable, sorte d’ancêtre de notre fauteuil « relax ».

Voilà qui aurait sans doute comblé le grand homme !

Lire la chronique précédente

La prochaine chronique de la série paraîtra le 7 avril.

«Les Plaisirs de l’Ermitage – dans l’intimité retrouvée d’une folie au XVIIIe siècle », du 16 mars au 16 avril 2017, au Pavillon de l’Ermitage, 148, rue de Bagnolet, 75020 Paris (ouverture du jeudi au dimanche 14 h – 17 h 30).

Le meuble au XVIIIe siècle – la sélection de Marguerite :


18e, Aux sources du design : chefs-d’oeuvre du mobilier 1650-1790 : [exposition, Versailles, 26 octobre 2014-22 février 2015], Château de Versailles

Faton

Décors, mobilier et objets d’art du Musée du Louvre : de Louis XIV à Marie-Antoinette

Somogy ; Musée du Louvre

VOGLEY, Jean-Charles

L’ameublement français : 850 ans d’histoire

Eyrolles

MELEGATI, Luca

Comment identifier le mobilier : de la Renaissance à l’Art déco

Hazan

BONY, Anne

Esprit meuble design : l’évolution esthétique de l’Antiquité à nos jours

Editions du Regard

FAVETON, Pierre

Reconnaître les meubles de style

Massin

Le Faubourg Saint-Antoine : architecture et métiers d’art

Action artistique de la Ville de Paris

RIVIERE, Rémi

Le château de Bagnolet

Amis de l’Ermitage