Découverte de l'Est parisien

La carte du Cinéma de l’Est parisien

Films oubliés ou classiques du 7ème Art ? Voyagez dans l’Est parisien à travers ses lieux de tournage.

Paris et en particulier notre territoire de l’Est parisien est tellement souvent et depuis des décennies, le décor de films qu’il nous est apparu marrant de localiser les extraits sur une carte.

Si vous cherchiez une bonne raison de balade dans nos quartiers, en voilà une !

Notre travail n’est pas terminé, n’hésitez donc pas à nous proposer d’autres lieux de tournage en commentaire.

mapcine

Publicités
Sans modération

C’est un beau moment, c’est une belle histoire… de Bibliothèque

À la recherche d’un DVD introuvable dans les rayons, @Beatricelcv s’inquiète de ne voir aucun des films de F. Wiseman dans SA médiathèque, ici à Duras : « Pas possible ! Ils ne peuvent pas être tous empruntés, ou bien pire encore, avoir été négligés par les bibliothécaires ! »

En effet, nous aussi on aime beaucoup ce documentariste, qui a filmé tant de lieux, tant d’institutions et tant de gens qui les font vivre. On l’aime tellement que sa filmographie complète figure au catalogue, et qu’à l’occasion de la sortie de son petit dernier en novembre 2017, on avait mis dans une niche tous nos trésors le concernant. Tombant dessus, la voilà rassurée, et elle nous fit l’honneur d’un tweet pour dire toute sa gratitude. Alors la conversation s’est engagée, et la promesse d’un billet de sa plume est venue « presque » naturellement.

C’est ce billet que nous publions aujourd’hui, ravis de cette rencontre !

Frederick Wiseman, un beau visage de l’Amérique

exlibris

Ex Libris, le dernier film de Frederick Wiseman est sorti il y a un mois en France et il est exactement ce à quoi l’on pouvait s’attendre. En effet, Wiseman filme une institution accueillant du public comme il en a filmé précédemment (on pense en particulier à National Gallery, pour la dimension culturelle et le nombre de visiteurs que l’on aperçoit). Ici, le réalisateur s’intéresse à la New York Public Library (@NYPL), bibliothèque (tiens, tiens) de New York constituée d’un bâtiment principal situé à deux pas de Manhattan et d’une multitude d’antennes, filmée sous toutes ses coutures. Wiseman nous montre donc, par séquences alternées, des événements publics, des activités et ateliers, des usagers utilisant les services proposés, et des réunions où se décident en particulier la politique du lieu. La majeure partie du film est consacrée aux événements publics, comme les conférences ou rencontres avec des écrivains, et les réunions, tournant beaucoup autour du budget – les finances de la NYPL proviennent de la ville et de donateurs privés.

Car Wiseman a ce talent : rendre passionnantes de longues séquences de discussions entre les équipes dirigeantes, que ce soit sur la politique d’acquisition des ebooks, d’aide à l’accès à internet, ou encore sur comment obtenir, les mêmes fonds d’une année sur l’autre et donc sur le rôle d’une bibliothèque dans la cité.

Au travers de ces réunions consacrées au budget, il est étonnant de constater comme les équipes et, sur un plan plus large, le film en lui-même sont optimistes quant à l’avenir de la NYPL, et des bibliothèques en général. Ex Libris semble prendre le contrepied des discours habituels sur l’utilité des bibliothèques, en un temps où les livres occupent de moins en moins de place dans la vie quotidienne. Mais le documentaire s’attache justement à montrer que les bibliothèques sont bien plus qu’un lieu qui tourne autour des livres. En plus d’une séquence où une architecte exprime précisément cette idée, le film montre des services de conservation d’images, de numérisation de journaux, d’activités parascolaires, de conférences à la rencontre des créateurs d’aujourd’hui (on reconnaît Elvis Costello, Patti Smith, Ta-Nehisi Coates)…

En cela Ex Libris est un film politique, qui montre qu’avec des moyens financiers, on peut faire vivre un lieu qui serve au débat public, à l’éducation et à la rencontre.

Le documentaire n’évoque jamais l’élection américaine de 2016, et pour cause, le montage s’est terminé deux jours après l’élection de Donald Trump. Mais on y pense beaucoup, comme aux nombreuses crises que traverse le pays. Ainsi, beaucoup d’interventions évoquent de près ou de loin les problèmes que rencontrent les Afro-Américains.

Malgré tout l’intérêt du documentaire, sa longueur le rend peut-être difficile à apprécier complètement en salle. Trois heures dix-sept sans pause, c’est dense, et le rythme, le schéma de Wiseman est toujours un peu le même. On apprécie les petites pauses musicales toujours bien choisies dans ses films (ici en particulier un atelier danse avec des personnes âgées, très rafraichissant, et un concert où les Danses populaires roumaines de Bartók sont données par un quatuor d’instrument à vents très amateur, devant un public blasé) mais ici elles sont presque insuffisantes. De même que la diversité des lieux, entre les différentes antennes de la NYPL nous fait un peu tourner la tête et, quand on ne connaît pas la ville, nous perd totalement.

Malgré le petit défaut de sa longueur qui le rend difficile d’accès, Ex Libris est un passionnant documentaire sur la culture sous toutes ses formes, et un engagement en faveur du service public.

Par @Beatricelcv [sur Twitter]

 

Sans modération

Pourquoi c’est le moment de (re)lire le Kalevala !

On connaît tous, au moins dans les grandes lignes, L’Iliade et L’Odyssée mais qui a lu le Kalevala ?

En ce centenaire de l’indépendance de la Finlande (le 6 décembre 1917), il est pourtant urgent de se replonger dans « l’épopée des finnois » présente dans plusieurs bibliothèques du réseau dont notre Médiathèque Duras.

« Kalevala » veut dire « sur la terre de Kaleva », Kaleva étant un géant mythique, père des héros dont on suivra les aventures – lui-même étrangement absent des histoires qui nous sont contées. Le Kalevala se présente donc comme une suite de chants épiques qui mêlent les hommes et les dieux.

13084_1
Kullervo

Ce long poème de 50 chants, qui commence à la création du monde, a été publié le 28 février 1835 par Elias Lönnrot, un médecin de campagne qui a passé sa vie à recueillir auprès des paysans des fables, des récits, des chants traditionnels uniquement issus de la littérature orale. Son rôle est allé bien au-delà de la seule transcription écrite : Lönnrot a accompli un immense travail de versification et d’harmonisation d’une langue finnoise qui était encore balbutiante et empreinte de patois régionaux (à cette époque la Finlande, autrefois rattachée au royaume de Suède, était sous domination russe et son administration s’exprimait tantôt en suédois, tantôt en russe).

Elias_Lönnrot_Helsinki
Statue d’Elias Lönnrot à Helsinki 

Ce petit miracle a largement contribué à la diffusion d’un sentiment national qui a abouti, moins d’un siècle plus tard, à l’indépendance de la Finlande. Rares sont les textes qui ont eu un rayonnement aussi important que le Kalevala, et rares sont les pays dont le destin est à ce point lié à un monument de la littérature.

Au-delà de son importance culturelle et historique, il faut lire le Kalevala et goûter la magie de ses vers. Ainsi la plainte d’Aino, promise au vieux Väinämöinen qu’elle ne veut pas épouser :

« Il aurait mieux valu, pauvrette,

Fleur de bourrasque, mieux valu

Que je reste sans naître au jour,

Graine close, sans fleur ouverte

En ces jours d’étoile mauvaise, terres sans joie, les soleils mornes.

 

Morte à six nuits, toute menue,

Éteinte à huit nuits d’âge même,

J’aurais causé peu de besogne :

Un empan de toile de lin,

Un petit recoin du talus,

Pour ma mère une once de larmes,

Un peu moins pour mon père encore,

Pas une goutte pour mon frère. »

-triptych-artsy-fartsy
la plainte d’Aino, promise au vieux Väinämöinen

Derrière le texte de Lönnrot, c’est toute une tradition orale qui se dessine, faite d’incantations et de répétitions. On entrevoit sans peine ces étourdissantes « battles » de bardes qui se renvoyaient la balle dans les villages reculés de Carélie, ce qui explique qu’on ait souvent des vers doubles dans le Kalevala, où la même chose est dite deux fois, de deux manières différentes, renforçant sa mélodie et sa poésie.

Inha_runonlaulajat
Battle de Bardes !

Mais le Kalevala, en dehors du surnaturel et des demi-dieux, c’est aussi une poésie du quotidien : un vocabulaire très précis de la nature, de la vie des champs, des habits et accessoires paysans. Voyez ces beaux vers qui célèbrent la bière tout juste préparée :

La bière en fermente à cœur joie,

La boisson fraîche lève dru

Dedans la seille aux douves neuves,

Le baquet de bouleau cerclé ;

Elle bouillonne au ras des anses,

Se rue blanche par-dessus bord,

Elle veut déferler par terre,

Libre couler sur le plancher.

 Rien d’étonnant à ce qu’une œuvre aussi riche ait inspiré par la suite de grands artistes, du compositeur finlandais Jean Sibelius, dont les œuvres Kullervo et la Suite Lemminkäinen sont directement tirées d’épisodes du Kalevala, aux écrivains JRR Tolkien et CS Lewis.

Alors à votre tour, embarquez sans tarder dans les aventures du barde Väinämöinen, d’Ilmarinen le forgeron, de l’infortuné Kullervo et de l’impétueux Lemminkäinen !

Lemminkäisen_äiti_Tuonelassa
La mère de Lemminkäinen repêche son fils

Pour aller plus loin :

 

A l'affiche!

Plaidoyer pour les libertés publiques : François Sureau à la médiathèque Duras!

Après l’événement qu’ont constitué ses 3 plaidoiries devant le Conseil constitutionnel en janvier dernier, intégralement visibles en ligne, l’avocat François Sureau revient sur l’actualité la plus récente : le vote par le Parlement d’une loi dont certains articles étendent les mesures de contrôle des libertés publiques.

libertés
Un des participants à la manifestation contre l’état d’urgence, organisée à Paris le 30 janvier 2016 Crédits : Denis Prezat / Citizenside

Sur ces questions très controversées, l’avis d’un spécialiste reconnu et engagé posant tous les termes du débat permettra aux citoyen.nes d’en saisir tous les enjeux.

C’est dans cet esprit que sont conçues toutes les conférences organisées par Politeia et BiblioCité et qui chaque mois se déroulent à la médiathèque Duras.

En attendant la mise en ligne de la conférence du 7 octobre, vous pouvez entendre la voix et voir l’orateur ici ! 

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/plaidoyer-pour-les-libertes-de-me-sureau

Retrouvez toutes les activités de Politeia ici ou sur les réseaux sociaux : #politeiaUnipop @PoliteiaUnipop  https://www.facebook.com/PoliteiaUnipop/et également les programmes de BiblioCité ici

Le Numérique

NUMOK [le festival numérique] revient toujours 3 fois

 numok-header3
Numok 3ème édition, le festival numérique des bibliothèques de Paris, propose à tous, petits ou grands, novices ou hyperconnectés, de venir bidouiller, s’amuser et se laisser surprendre!


Programmation complète  ici
 Sans titre9 Samedi 14 octobre De 14h à 18h  Lancement du festival Numok
Le festival numérique des bibliothèques revient !
Au menu de cet après-midi de lancement : – Casque VR,  Retrogaming : Space bike et Fight box, deux manières originales et inédites de jouer ! –       Impression 3D : découvrez les possibilités de cette drôle de machine !
 controller-1784573_960_720 Mercredi 18 octobre à 10h et 14h Numok : réalité virtuelle et jeux vidéo
Vous pensez tout connaître des jeux vidéo ? Vous détestez les jeux vidéo ? Cette journée est faite pour vous ! Venez découvrir en famille ou entre copains nos dispositifs de jeux vraiment originaux : Space Bike, Fight Box ou casque immersif de réalité virtuelle.
Ouvert à tous à partir de 10 ans (casque de réalité virtuelle à partir de 12 ans)
 Wikimedia_Community_Logo.svg Samedi 21 octobre de 10h à 18h Numok : Editathon
Venez participer à un atelier contributif visant à enrichir des articles existants sur Wikipédia sur l’histoire du XXème arrondissement grâce aux collections du fonds de la médiathèque sur l’Est parisien.

Sur inscription.
 ELECTRONI_K_logo Samedi 21 octobre de 14h à 16h Numok : Ville Imaginaire par Electroni-k

La médiathèque vous invite à venir construire une ville imaginaire interactive en papier. L’installation est ensuite éclairée grâce à des leds et une application de réalité augmentée donnera une dimension virtuelle à la ville ainsi créée. Ouvert à tous à partir de 8 ans.
Sur inscription.

 Sans titre9 DIMANCHE 22 OCTOBRE à 14h Numok :  impression 3D
Venez-vous initier à la création 3D grâce à 3D Slash, outil idéal pour une initiation 3D en bibliothèque. Créez en famille (parents & enfants) votre étoile Mario ou un Space Invader en 3D à la manière de Minecraft. Ouvert à tous à partir de 7 ans.
Sur inscription.
 codecrea Mercredi 25 octobre à 14h Numok : Atelier Tous codeurs
La médiathèque vous propose un atelier de découverte du code informatique Javascript collectif et ludique, à travers une expérience unique : créer un univers graphique poétique en direct en manipulant du code informatique.
 lunoire Samedi 28 octobre à 15h Numok : Lumière noire Par Funambule Games
Venez participer à une installation interactive associant construction et puzzle, révélés par une lumière noire ! A travers une installation, le joueur construit une structure avec des cubes de polystyrène fluo, révélés par la lumière noire. De 7 à 77 ans !
Sans titre9 Samedi 28 octobre à 11H ET 14H numok : impression 3D
Venez-vous initier à la création 3D grâce à 3D Slash, outil idéal pour une initiation 3D en bibliothèque. Créez en famille (parents & enfants) votre étoile Mario ou un Space Invader en 3D à la manière de Minecraft. Ouvert à tous à partir de 7 ans.

Sur inscription.

Hey ?! mais Numok C’est Commun à l’envers !