Sans modération

« Savez-vous planter des choux ! » par Charles Lambert

Une île, une ville, un village, une bourgade, un hameau…On ne sait pas exactement où se déroule l’histoire et l’action de La Maison des enfants, mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a des enfants et une maison, une grande maison. Il y a même un majordome bizarre et aussi, je vous assure, une femme de chambre des plus étranges !

L’histoire se déroule dans une maison (celle juste à gauche !). Une maison de maître entourée par une imposante clôture. Et dans cette demeure se trouve Morgan, jeune homme défiguré qui, nous semble t-il, ne connaît du monde que sa maison et son enceinte (les arbres, les fleurs, le lac également mais c’est compris dans la maison !). Morgan a un reste de famille, sa mère (complètement folle) et son père (visionnaire, chercheur) sont morts, il ne reste que sa sœur  qu’il a peu connu et qui, comme beaucoup de choses, reste un mystère pour lui, et des mystères, il y en a pas mal dans ce roman…

Ce jeune homme ne travaille pas. Il est rentier (tranquille la vie !). Sa principale occupation est de recueillir des enfants et d’accepter ceux qui viennent sans y être invités. Et ses enfants vivent dans sa maison (oui oui, logique me direz-vous). Morgan est présent et aime ces enfants (il n’y a rien de pervers dans ce que j’écris, cessez d’imaginer des trucs bizarres !). D’ailleurs, il s’interroge souvent lorsque tous disparaissent et transforment le tumulte de la demeure en un espace vide de son… Pile à cet instant, j’ai essayé de lire avec un drap sur la tête pour m’imprégner de l’ambiance du livre…ça ne fonctionne pas du tout !

Tout se passe donc merveilleusement bien dans la vie de Morgan, il ne se pose pas trop de questions, il a l’argent nécessaire pour vivre, jusqu’au jour où David, inséparable de Moïra, des enfants vivant chez Morgan, se met à la recherche d’un « quelque chose », où le docteur Crane est invité à résider dans cette maison et où les dinosaures arrivent en ville…(Ha non ! je me goure de bouquin). Et là, tout change, le monde de Morgan bascule, il est même au bord de l’explosion ou l’implosion, à vous de choisir ! Morgan se décide de sortir de son domaine…

J’ai volontairement fait une gigantesque ellipse temporelle et spatiale pour tenter de vous mettre l’eau à la bouche avec ce court résumé car, après la prise de conscience de ce garçon, tout va s’enchaîner à une vitesse folle !

Charles Lambert nous plonge dans une histoire de fantômes où du moins veut-il essayer de nous le faire croire. Il nous entraîne dans les méandres d’une maison que personne ne connaît vraiment. Il s’interroge également sur le rôle de l’exploitation humaine, de la différence physique, du rapport entre adultes et enfants. Même si certaines accélérations temporelles ou quelques rebondissements peuvent nous laisser perplexe, la plume aérienne de Monsieur Lambert rattrape parfaitement les quelques « incohérences ».

La Maison des enfants est un livre hanté par des souvenirs que l’on ne peut montrer, par une vie passée, accrochée à la peau du jeune Morgan… Alors pour savoir ce que cherchent les enfants, pour découvrir quel sort la vie réserve à Morgan, pour trancher la question concernant l’existence des fantômes, rendez-vous à la côte Fantastique LAM ou dans le registre de l’âme vagabonde des fantômes .

En savoir plus : d’autres critiques par ici !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s