Sans modération

Chroniques musique (Juin) : Marguerite sur écoute !

BLUES

Freddie King

Ebbet’s field Denver’74, Klondike, 2017

Considéré comme l’un des trois grands « king » du Blues (avec B.B. et Albert), Freddie King est peut-être celui qu’on a un peu oublié. Décédé prématurément en 1976 à 42 ans, c’est pourtant l’influence principale d’Eric Clapton, par exemple. Cet enregistrement live remet les pendules à l’heure. En 1974, le grand chanteur et guitariste, dont le blues oscillait entre les styles de Chicago et du Texas, cherche à coller à l’air du temps, au moins au niveau discographique, d’où ce superbe Ain’t no sunshine et ces tubes soul et funky. Mais sur scène, King reste ce bluesman brûlant aussi bien par son chant éraillé que par son jeu de guitare acéré, lors de concerts dont cet enregistrement de qualité restitue parfaitement l’ambiance.  Décoiffant.

 

ELECTRO

 

The Third Eye Foundation

Wake the Dead, Ici d’Ailleurs, 2017

Après The Dark en 2010, Matt Eliott est de retour avec son projet abstact dub expérimental The Third Eye Foundation. Le guitariste et chanteur britannique est connu pour sa carrière solo dans la musique folk. Dark folk, pour être honnête. Avec ce projet parallèle, toujours teinté de noir mais aucunement sinistre, l’artiste nous embarque pour une traversée instrumentale, dans un imaginaire sombre. Par cette traversée parfois déstructurée qui flirte avec le chaos et la mélancolie, Wake the Dead, tend à réveiller les morts. Paradoxalement, il pourrait tout autant viser à nous en éloigner. Car la noirceur et le spleen qui émanent de l’album, comme de la plupart des albums de The Third Eye Foundation, sont palpables notamment par l’utilisation de touches bruitistes et d’instruments à cordes. On inspire et on plonge profondément dans un univers un peu tortueux, pourtant ce qui demeure, lorsqu’on refait surface, est une forme de sérénité.

Cet album nécessitera certainement plusieurs écoutes pour être apprécié. Mais n’ayez crainte, le noir peut être lumineux…

 

 

ROCK

The Outsiders

Close up, Sonic import, 2011

The Outsiders est un groupe de punk rock anglais formé en 1975 autour d’Adrian Borland (chant et guitare) avec Bob Lawrence à la basse et Adrian Janes à la batterie. Le nom du groupe a été choisi en référence au livre de Camus L’Etranger.

Le groupe reste relativement peu connu malgré des qualités évidentes : un rock sombre et acéré proche de Radio Birdman et de ce que deviendra plus tard le rock australien. Ils enregistrent 2 albums studio Calling on Youth (1977) et Close Up (1978) que nous vous proposons ainsi qu’un E.P. En 1979, Adrian Borland quitte le groupe pour former avec succès the Sound jusqu’à sa séparation en 1998.

Il entame alors une modeste carrière solo pour retomber ensuite dans l’anonymat. Il met fin à ses jours en 1999…

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s