Sans modération

L’Education de Stony Mayhall de Daryll Gregory : Petit zombie deviendra Grand…

L’Education de Stony Mayhall de Daryll Gregory

Prenez de bons zombies, une pointe d’apocalypse, un zeste de famille, saupoudrez le tout  de quelques courses-poursuite et vous obtenez le délicieux L’Éducation de Stony Mayhall !
Une vision agréable et nouvelle, fantastique et fraîche du mythe indémodable du zombie en folie.

Un speech assez simple : Stony est un bébé zombie retrouvé sur le bord de la route en hiver. Recueilli puis caché par une famille (la mère et deux filles), il fait « copain-copain » avec des enfants de son âge ! Le bébé grandi : adolescence, jalousie, école et tout ce qui va avec…C’est aussi la découverte par notre héros de l’amour familial, ce lien solide qui se fortifie au fil des lignes…
On suit Stony Mayhall de sa naissance à l’âge adulte, jusqu’à l’acceptation de sa condition !

Point important de cette histoire : l’action débute alors qu’un apocalypse zombie vient d’avoir lieu. Daryl Gregory nous plonge ainsi dans l’univers des morts vivants et traite en arrière plan celui du monde des vivants. Il nous envoie un véritable direct du droit : il construit et décrit au fil des pages une société zombie qui a ses propres règles, ses lois, ses coutumes. Il partage cette société de l’ombre entre pacifistes et activistes.

L’auteur dépose également avec soin quelques personnages indispensables et plus ou moins fantasques tels Mr. Blunt, un zombie pantin, Le Bout, morceau de chaire qui a pris place sur un lit et a créé une religion, la famille Cho dont le fils, Kwang, est l’ami d’enfance de Stony. Ou encore Delia, une zombie badass et le Commandant Calhoun, une sorte de Capitaine Igloo américain !

Au delà de ce mythe revisité des zombies, l’auteur aborde quelques thèmes des plus actuels : l’oppression, l’acceptation, l’expérimentation, être différent, la religion, la politique… Sous la fine plume de Mr Gregory on replonge aussi dans les heures sombres de la Seconde Guerre Mondiale avec une similitude non dissimulée : les zombies sont cachés dans des caves, des greniers, des maisons abandonnées par des « soufleux », c’est-à-dire des vivants qui prennent parti pour les morts vivants qui finalement veulent vivre comme n’importe qui !

En tout cas, si vous aimez les poursuites, l’amour, l’humour zombie et les happy-end bancales, ce roman est fait pour vous. Bref, venez découvrir le destin exceptionnel d’un être mort ! L’apocalypse zombie se trouve à la côte SF GRE …

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s