Sans modération

Le Maître du Haut Château de Philippe K. Dick : Le Monde sens dessus dessous ou inversement

Le Maître du Haut Château de Philippe K. Dick

On dirait un conte de Charles Perrault et pourtant loin de là ! Déjà le titre en anglais, The Man in the High Castle, c’est plutôt la classe non ?  ! Dick nous offre une petite uchronie écrite en 1962 !

Et c’est ainsi que l’Allemagne et le Japon gagnent la seconde guerre mondiale et qu’ils se partagent le monde. Voilà, bon… ok…j’ai résumé l’œuvre ! Mais tant pis, je pousse un peu plus pour essayer de vous donner envie de lire ce livre… Bien évidement, deux mondes émergent, d’un côté une société japonaise qui comme à l’accoutumée est bien rangée, organisée, presque « castée » et de l’autre la barbarie allemande. Ça sent le stéréotype me direz-vous… Et bien pas du tout ! Un petit peu certes, l’Allemagne finit par éradiquer l’Afrique et continue de déporter les Juifs.
Dick nous dresse des portraits de hauts dignitaires allemands présents réellement dans le conflit, et les fait évoluer dans le récit. Plusieurs personnages vont se croiser sans jamais vraiment se rencontrer in fine : Frank Frink, un créateur de bijoux qui désire faire fortune en proposant des œuvres nouvelles alors que les japonais sont friands d’objets historiques américains, Childan un brocanteur qui tente de se faire accepter par les riches japonais, M. Tagomi un sympathique japonais, haut dignitaire, qui sauvera Frank Frink de la déportation. Ou encore Juliana, l’ex-femme de Frank (il faut toujours un personnage féminin), qui s’éprend d’un jeune migrant italien, s’avérant par la suite n’être pas celui qu’il croit…. Kafka sort de ce livre !
Pour finir de nous mélanger les pinceaux, l’auteur nous précipite dans une uchronie dans l’uchronie. Un petit bouquin Le poids des sauterelles est une fiction dans la fiction de Dick qui relate comment l’Allemagne et le Japon ont perdu la guerre…

Je m’arrête là. A la médiathèque Duras il est disponible, ainsi que ses autres livres, à la cote SF DIC. Et  pour le trouver dans d’autres bibliothèques parisiennes, c’est par là.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s