lire autrement

Retour sur… L’Oreille ne fait pas la sieste (mai)

 

 

l'oreille-ne-fait-pas-la-sieste

Comme chaque mois, nous avons sélectionné pour vous quelques livres audio et vous avez aussi partagé vos coups de cœur. Si vous avez manqué la présentation faite à la médiathèque le jeudi 4 mai , vous pouvez retrouver les références des livres audio partagés ci-dessous et écouter quelques extraits.

Rendez-vous le jeudi 1 juin pour échanger autour d’une sélection de coups de cœur

Chanson douce / Texte de Leïla Slimani lu par Clotilde Courau

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

casqueÉcoutez un extrait de Chanson douce

 

Continuer / Texte de Laurent Mauvignier, lu par Denis Podalydès

Sibylle, à qui la jeunesse promettait un avenir brillant, a vu sa vie se défaire sous ses yeux. Comment en est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu laisser passer sa vie sans elle ? Si elle pense avoir tout raté jusqu’à aujourd’hui, elle est décidée à empêcher son fils, Samuel, de sombrer sans rien tenter. Elle a ce projet fou de partir plusieurs mois avec lui à cheval dans les montagnes du Kirghizistan, afin de sauver ce fils qu’elle perd chaque jour davantage, et pour retrouver, peut-être, le fil de sa propre histoire.

casqueÉcoutez un extrait de Continuer

 

Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans / Texte de Malala Yousafzai, lu par Guila Clara Kessous

Témoignage de cette jeune Pakistanaise, victime de l’obscurantisme taliban, qui gêne les extrémistes par son engagement en faveur de l’éducation des filles dans son pays. Son combat, affirme-t-elle, est bien plus global : dans le monde, plus de soixante millions d’enfants sont non scolarisés. Elle a reçu le Prix Nobel de la paix 2014.

casqueÉcoutez un extrait de Moi, Malala

 

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur / Texte de Herper Lee, lu par Cachou Kirsch

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus
Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès. Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde entier..

casqueÉcoutez un extrait de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

 

En attendant Bojangles / Texte d’Olivier Bourdeaut, lu par Louis Arene

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur Mr. Bojangles de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.  Louis Arene sert avec délice cette histoire triste et drôle, tragique et étincelante, ce petit bijou au style si inventif et poétique.

casqueÉcoutez un extrait de En attendant Bojangles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s