Meubles en folie : dans l’intimité retrouvée du Pavillon de l’Ermitage

Le Pavillon de l’Ermitage, partenaire du fonds Découverte de l’Est parisien de la médiathèque, ré-ouvre ses portes après la trêve hivernale. Il inaugure une nouvelle exposition Les Plaisirs de l’Ermitage – dans l’intimité retrouvée d’une folie au XVIIIe siècle, qui sera visible du 16 mars au 16 avril 2017. Dans ce cadre, nous vous proposons une série de cinq « Chroniques mobilières » qui revient sur l’étonnante histoire de quelques meubles anciens au nom chantant et aux formes revisitées par nos actuels designers. En fin de chronique, vous trouverez une sélection de titres pour en savoir plus sur le mobilier du XVIIIe siècle.

 

Plaisirs du jeu : jouons « cartes sur table » !
Chronique n° 2 / 5

 

Le château de cartes par Jean-Baptiste Siméon Chardin (1737) – Washington, National Gallery

Le XVIIIe siècle a la passion du jeu, la Duchesse d’Orléans elle-même se livre avec délices aux parties de biribi, un jeu de hasard et d’argent d’origine italienne, proche de notre loterie.

En société, hommes et femmes jouent aux cartes – brelan, quadrille -, aux dés associés à des pions – tric-trac, (back) gammon, jeu de l’Oie, reversi, aux dames, aux échecs.

Le billard reste un loisir d’extérieur proche du croquet et conseillé pour combattre l’embonpoint !

Il faudra attendre le XIXe siècle pour accueillir une table de billard chez soi.

Spécialisés dans le travail de l’os, l’ivoire ou la nacre, les maîtres tabletiers s’en donnent à cœur joie et conçoivent des tables sophistiquées, garnies de plateaux mobiles, de damiers, de pions et dés précieux. Les ébénistes fournissent les modèles adaptés de sièges, tels la voyeuse ou la voyelle, qui permettent au spectateur de suivre la partie en cours, assis à califourchon face au dossier du siège.

La plupart de ces jeux se pratiquent encore aujourd’hui, de manière virtuelle, coordonnés en réseau à la faveur du développement d’Internet. Toujours créatif, le design haut de gamme propose des tables combinées, associant les plaisirs de la table à ceux du divertissement.

 

Table à jeu contemporaine – design Legacy

 

Lire la chronique précédente

Lire la chronique suivante

«Les Plaisirs de l’Ermitage – dans l’intimité retrouvée d’une folie au XVIIIe siècle », du 16 mars au 16 avril 2017, au Pavillon de l’Ermitage, 148, rue de Bagnolet, 75020 Paris (ouverture du jeudi au dimanche 14 h – 17 h 30).

 

Advertisements
Catégories : A l'affiche! | Étiquettes : | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Meubles en folie : dans l’intimité retrouvée du Pavillon de l’Ermitage

  1. Pingback: Meubles en folie : dans l’intimité retrouvée du Pavillon de l’Ermitage | Le carnet de Marguerite

  2. Pingback: Meubles en folie : dans l’intimité retrouvée du Pavillon de l’Ermitage | Le carnet de Marguerite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :