Sans modération

Chroniques musique (janvier) : Marguerite sur écoute !

POP

soft_hair_-_soft_hair

Soft Hair

Soft Hair, Weird World, 2016

Connan Mockasin et Sam Dust, dit LA Priest, le duo du groupe Soft Hair (cheveux doux !) sortent leur premier album peaufiné pendant cinq ans de collaborations épisodiques, car ils étaient pris par d’autres projets. Ceci explique peut-être l’absence de pression et l’impression de décontraction émanant de l’album. Entre électro pop, psyché et relents disco, une véritable personnalité se dégage de la musique du duo. Une espèce de douceur vaporeuse exempte de niaiserie, et sans trop de maniérisme, ce qui constitue un exploit dans le créneau qu’ils ont choisi. Superbement futile, à l’image de la pochette !

 

 

BANDE ORIGINALE

 comancheriaNick Cave & Warren Ellis

Comancheria, bande originale, Milan, 2016

Ce n’est pas la première fois que Nick Cave et Warren Ellis s’acoquinent pour écrire pour le cinéma. Depuis 2005, les deux musiciens composent des bandes-son dont certaines ont été primées. Ce sont généralement pour des films à l’ambiance Western, et c’est encore le cas cette fois-ci. S’il se situe de nos jours, cet affrontement de fratries (l’une réelle, l’autre de circonstance) s’approprie tous les codes de l’ouest américain remis à neuf. Cave et Ellis ont composé des ambiances dépouillées et inquiétantes, et ont sélectionné d’excellents morceaux de grands artistes de country et d’americana (Townes Van Zandt, Waylon Jennings,etc) pour illustrer ce drame très campagnard et « white trash ». Du beau travail.

ROCK

everywhere-at-onceThe Plimsouls

Everywhere at once, Distrib. BMG, 1992

Le groupe se forme en 1978, à Los Angeles par Peter Case, après la séparation de son précédent groupe The Nerves. L’un de ses morceaux Hanging On The Telephone, repris par Blondie a d’ailleurs un succès international.

Les Plimsouls affectionnent un style subtil mélangeant l’énergie du rock et la finesse de la pop… Leur premier EP zero hour sort en 1980, suivi d’un live et de deux autres albums en 1981 et en 1983.

Ce dernier Everywhere at Once est un disque hors-pair avec des compositions remarquables comme A million miles away ou the oldest storie in the word !

Malgré leur talent et l’adulation de la presse spécialisée, le groupe se sépare en 1986.

Peter Case entame alors une brillante carrière solo dans un style folk rock plus dépouillé, abandonnant le coté « power pop » des Plimsouls…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s