A l'affiche!

L’Afrique connectée

En ce mois de juillet, nous consacrons cette rubrique à l’Afrique connectée.

Le développement du numérique en Afrique est devenu l’un des enjeux phares de cette dernière décennie. Forums, colloques et rencontres dédiées à  ce sujet se multiplient. Dernière en date, la conférence #AFRROBYTES  qui s’est tenue à la Gaité Lyrique le 9 juin dernier dans le cadre de Futur en Seine et qui a réuni techs Hubs africains, acteurs de la Silicon Valley, startups et investisseurs.

afriqueitnews

D’ici 2050 un tiers de la population mondiale vivra sur le continent africain et pour ce qui concerne les TIC, les chiffres sont très alléchants pour les acteurs de ce secteur : 167 millions d’utilisateurs Internet, un taux de pénétration du téléphone mobile dépassant les 70 % avec la moitié des détenteurs qui utilisent Internet via leur réseau mobile. La fibre optique est quant à elle en cours de déploiement.

Concrètement, plusieurs des situations d’urgence qui continuent de plomber l’Afrique subsaharienne – sanitaires, agricoles, écologiques, politiques, économiques, éducatives – sont d’ores et déjà améliorées par l’utilisation du numérique. Des espaces digitaux voient le jour un peu partout sur le continent, de nouvelles applications se créent qui améliorent le quotidien des populations.

Par ailleurs si de nombreux obstacles perdurent, réseaux de transports et d’énergie parfois anarchiques, couts d’achats d’un ordinateur et de la connexion élevés, la jeunesse africaine s’est de son côté emparée des outils numériques pour raconter son quotidien, s’exprimer, dénoncer, tisser de nouveaux liens et générer de nouveaux projets.

Il ne s’agira pas ici de dresser une liste exhaustive des mises en œuvres numériques observées dans cet espace tant abondent les réalisations mais plutôt de mettre en lumière quelques sites, applications et autres innovations qui nous ont semblé représenter au mieux les bouleversements qu’engendre la révolution numérique, en Afrique subsaharienne comme ailleurs.

 

Quelques incubateurs à connaître

 

Des centres d’incubation et autres startups se déploient un peu partout dans les grandes capitales africaines. À travers les quatre coins de l’Afrique, notamment en Afrique de l’Ouest et Centrale, de jeunes  « geeks » disposent d’espaces de rencontres, de réflexion et  de création afin de développer des applications ou des outils adaptés aux besoins de leurs sociétés et de ses consommateurs. En voici quelques uns :

L’Ihub (ihub-roomNairobi, Kenya) cet espace ouvert au geeks, hackers, investisseurs est un endroit mythique pour tout le continent, il est notamment associé à la création du logiciel.

Ushaidi, célèbre dans le  monde, qui permet de reporter sur des cartes les bureaux de vote où des fraudes ont été constatées.

 

xHub Addis (Addis Abeba, Éthiopie), est à l’origine de nombreux projets dont le dernier né est la création d’une application en open source pour apprendre à programmer.

 

Du virtuel au réel : ces innovations qui changent la vie

 

Images of branding, products and clients in and around the town of Kitale, NW Kenya, for M-KOPA SOLAR, a mobile technology innovating company who believe in the huge potential of transformative, affordable products such as solar panels and lights, the D10 and D20, designed for underserved consumers.M-Kopa : M-Kopa installe des capteurs solaires et vend de l’électricité à plus de 180 000 foyers au Kenya. Pour le prix d’une bougie, le système permet d’éclairer sa maison pendant une soirée, de faire fonctionner  une radio et de charger un téléphone.

 

 

 

 

Wafate 3D : Kodjo Afate Gnikou 3d-printer-e-waste-Inventor-and-printerle Togolais Afate Gnikou a mis au point une imprimante 3D à moins de 90 €, fabriquée à partir d’appareils recyclés.

 

 

 

 

 

Des applications dans tous les domaines

 

Dans le domaine de la santé un certain nombre d’applications ont vu le jour ces dernières années.

Bogou-1Ainsi le malien CheiK Oumar Bagayoko, docteur et informaticien vient de remporter le prix « RFI Challenge Afrique » pour son application « Bogou ». Cette application de télédiagnostic bientôt disponible sur Android et iOS permet aux médecins éloignés des centres urbains, depuis un ordinateur connecté à Internet, de prendre l’avis de spécialistes basés dans les capitales.

 

v-tip-sante-2811ea-h900Conçue par la startup sénégalaise Volo, l’application VTIP santé facilite l’accès aux soins de santé en permettant à ses usagers de géolocaliser facilement le prestataire de santé dont ils ont besoin.

 

 

 

D’autres applications facilitent le travail des éleveurs et des agriculteurs

1448935174452533Au Botswana, l’application Modisar permet à des éleveurs de suivre à la trace leurs troupeaux, de les analyser statistiquement et de recevoir des alertes pour mieux les gérer sanitairement.

 

 

 

Génération Web 3.0

 

Nous ne pouvions terminer cet article sans évoquer cette jeune génération qui s’est emparée des outils du web participatif pour créer un véritable espace d’expression, de réflexion et de réalisions concrètes. Un hommage tout particulier est à rendre à ces jeunes qui malgré toutes ces entraves – manque d’électricité, coût encore élevé de la connexion, queue de plusieurs heures aux cybercafés – continuent envers et contre tout à prendre la parole, à raconter leur quotidien, à construire de nouveaux réseaux.

Qu’ils soient blogueurs engagés, blogueurs idéalistes,  blogueurs amuseurs, blogueurs érudits, blogueurs artistes, ils nous font part des choses qui les passionnent, qui les surprennent ou qui les énervent.

Pour beaucoup, le blog devient presque un prétexte, une introduction à la débrouillardise, le moyen de faire son réseau, d’exister sans avoir de moyens financiers. Grâce aux blogs ils se connectent avec des gens qui ont la même philosophie et, parfois, montent des projets avec eux afin de changer la réalité.

 

Partagez les humeurs de Babeth  sur son blog  humeurs nègres . Ça va enjaillé !  Ou presque.humeurs-nègres-300x94

 

C’est à N’Guessan Jean Christ Koffi que je dois l’expression « enjaillé », utilisée plus haut. Et pour continuer à  savourez les trouvailles du parlé franco-Ivoirien, allez sur son blog La République vue d’en haut.

 

wordle-2Délectez-vous de  l’écriture du guinéen Aliou Sow sur son blog Ma Guinée Plurielle  ! Vous rirez assurément, compatirez très certainement, relativiserez indubitablement. Récompensé en 2013 par le prestigieux Best of Blogs décerné par la Deutsche Welle.

 

 

Dans la famille des blogueurs il y a aussi ces héros quelquefois forcés de quitter leur pays. Ou celles et ceux qui restent au péril de leur vie et continuent à donner l’information, à lancer des alertes que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur leur blog, attirent l’attention du monde sur les problèmes auxquels ils sont confrontés, mobilisent la population et canalisent les énergies.

Citons deux mouvements citoyens : La Lucha en Répubique démocratique du Congo et le Balai Citoyen au Burkina Faso. Extrêmement actifs, ils se servent aussi des réseaux sociaux pour informer et mobiliser les citoyens, relayer leurs actions, disséminer l’information. Sans surestimer l’importance qu’Internet peut occuper dans leur lutte, cet outil leur permet souvent d’accélérer les choses.

yenamarre-fadelInterrogé sur RFI, Aliou Sané, l’un des fondateurs du mouvement Y en a marre créé en janvier 2011 pour obliger le président Sénégalais Abdoulaye Wade à renoncer à une nouvelle candidature, témoigne : « Le jour où on a décidé de créer ce mouvement, la chambre dans laquelle on était dans la banlieue de Dakar n’était même pas éclairée car il n’y avait pas d’électricité. L’opposition ne disait rien du tout et nous nous sommes demandés s’il ne fallait pas inventer une autre façon de s’engager en créant quelque chose de réel au moment où les jeunes commençaient à s’énerver, à casser, à bruler des pneus. Leur dire : « nous sommes à quelques mois des élections, ne faut-il pas créer quelque chose qui cristallise toutes ces frustrations et en faire une énergie positive ? » La même nuit on a écrit le communiqué, on a créé la page facebook  Y en a marre , on a créé un comte Gmail et lancé notre message. On avait une initiative pour mobiliser les jeunes et faire face à l’imposture ».

En incitant la jeunesse à aller voter avec ce slogan « Ma carte, mon Arme » relayé dans les manifestations et les réseaux sociaux, il y aura 357 000 inscrits supplémentaires sur les listes électorales. Abdoulaye Wade ne sera pas réélu.

 

Pour retrouvez l’ensemble de nos sélections, c’est ici. Et dans nos rayons, de nombreux documents relatifs à l’Afrique d’aujourd’hui (et d’hier).

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s