Entreprises pionnières de l’Est parisien : la guerre des boutons : l’aventure Goepfer (5/6)

Le fonds Découverte de l’Est parisien de la médiathèque, et le Pavillon de l’Ermitage vous proposent une série de chroniques dans la continuité de l’exposition Affaires de familles, présentée initialement à la médiathèque de mai à octobre 2015, et actuellement visible au Pavillon de l’Ermitage jusqu’au 17 juillet 2016.

 

La guerre des boutons : l’aventure Goepfer

Chronique n° 5 / 6

 

No 5 Rue Ramus

Coll. Amis du Pavillon de l’Ermitage

Au début du XXe siècle, Edouard Goepfer hérite d’une petite affaire située tout près du Père-Lachaise, attachée à la confection de boutons, de confettis et de menus articles, variables au gré de la mode.

Avec son épouse Eugénie et ses quatre enfants, il occupe un petit appartement rue des Rondeaux.

En 1928, la raison sociale évolue en «  Etablissements Goepfer mécanique ». L’entreprise se spécialise dans la production des boutons métalliques, des boucles de ceinture et d’autres éléments destinés à l’attache et la mise en valeur du vêtement.

Sous l’impulsion d’Edouard, des maisonnettes vétustes de la rue des Rondeaux sont achetées et abattues pour étendre la surface des ateliers structurés en sheds.

En 1930, l’immeuble construit au no 5 rue Ramus accueille le nouveau logement de la famille.

Edouard Goepfer siège au Syndicat des fabricants de boutons et prend part à l’application des lois sociales sur les congés payés.

Ses fils Georges et Jean intègrent la marche de l’entreprise. Jean s’attèle à la production, sa jeune épouse Yvette se consacre à la confection de cartes de présentation des modèles de boutons, tandis que Georges veille à l’administration générale et à l’encadrement du personnel.

Jean développe des modèles brevetés, qui répondent aux besoins de la confection traditionnelle.

Au plus fort de l’activité, l’entreprise emploie quarante-cinq personnes…

 

La dernière chronique de la série Entreprises pionnières de l’Est parisien paraîtra le 15 juin.

Lire la chronique précédente

Lire la chronique suivante

« Affaires de familles – Entreprises pionnières de l’Est parisien 1850-1950 » au Pavillon de l’Ermitage, du 10 mars au 17 juillet 2016.
(ouverture du jeudi au dimanche 14 h – 17 h 30).

Advertisements
Catégories : A l'affiche! | Étiquettes : | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Entreprises pionnières de l’Est parisien : la guerre des boutons : l’aventure Goepfer (5/6)

  1. Pingback: Entreprises pionnières de l’Est parisien | Le carnet de Marguerite

  2. Pingback: Entreprises pionnières de l’Est parisien | Le carnet de Marguerite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :