Sans modération

Premiers romans 2015 à lire avant la rentrée littéraire

Envie de découvrir un nouvel auteur ?

 

Parmi les romans à dévorer à la rentrée, nombre de premiers romans. Avant de les découvrir, lisez ceux parus au cours de l’année. A la médiathèque, ils sont repérables grâce à un logo « Premier roman » collé sur la couverture.

 

IMG_0243

 

Une fiche est glissée à l’intérieur de l’ouvrage sur laquelle vous pouvez écrire une critique. En fin d’année, une bibliographie d’une trentaine de romans sera publiée grâce à vos coups de cœurs.

 

 

 

Requin / Bertrand BelinRequin chagrin

Requin / Bertrand BELIN (POL)

« Mes poumons seront bientôt remplis de l’eau du lac. Entre ce moment et ma mort, il y aura certainement quelques secondes, ou une seconde seulement. Je produirai un dernier mouvement involontaire, j’imagine. Comme une cornemuse qu’un sonneur vient de poser sur une table se vide de son air en s’affaissant et agite bourdons et chalumeau dans une dernière imploration, je produirai un dernier mouvement et ce mouvement continuera sans moi ».

Une banale crampe et voici notre héros en train de se noyer bêtement dans les eaux d’un lac artificiel. Avant de s’enfoncer à jamais, le temps (180 pages) d’un chant d’adieu. Sa femme et son enfant, restés sur la berge « dans un carré de lumière », semblent déjà loin.

Si près de la mort « dont on se doute qu’elle ne promet pas grand chose d’incontestablement folichon » et, cependant, la regardant comme il semblait déjà affronter la vie, sans illusion aucune, avec une distance teintée de résignation quoique… Dans un monologue parsemé de digressions parfois burlesques se détachent des images déchirantes comme celle d’une pêche miraculeuse de lait ou d’une chasse désespérée au cygne, symboles d’une vie manquée.

Bertrand Belin, auteur-compositeur talentueux, ajoute une corde à son arc avec ce beau roman où l’absurde le dispute à la mélancolie.

 

Data transport / Mathieu BrosseauObjet poétique non identifié

Data transport / Mathieu BROSSEAU (L’Ogre)

 

Exercice de style(s) ou objet poétique non identifié ? Ou les deux ? Car voici un bien étrange livre dont le romanesque est résolument absent. Tout ici désarçonne à commencer par la forme : des textes fragmentés sans lien décelable entre eux, une écriture parsemée d’équations énigmatiques et d’interrogations métaphysiques …

L’histoire ? M, le personnage, est sauvé des eaux par un cargo. Nu comme un ver, comme au premier jour. Il a perdu l’usage de la parole et oublié sa propre histoire. Parole et histoire qu’il se réappropriera par de bien curieux artifices. Entre résurgences de bribes d’enfance et perceptions bizarres du monde, M s’interroge sur le sens de la vie et notre présence au monde.

Benoît Laureau et Aurélien Blanchard, les fondateurs des toutes jeunes éditions de l’Ogre, définissent ainsi leur ligne éditoriale : « Avec l’Ogre, nous souhaitons défendre des livres qui, d’une manière ou d’une autre, mettent à mal notre sens de la réalité, traitent de ce moment drôle ou terrifiant où les choses et les gens ne semblent plus être ce qu’ils sont d’habitude, où le dehors arrête d’être sage et rangé … ». Pari tenu avec ce premier roman poétique de Mathieu Brosseau.

 

99 nuits / Yves CabanaJe t’aime moi non plus

99 nuits / Yves CABANA (Gallimard)

Autopsie d’un amour défunt.

Corso aime Juliette, qui le quitte ou souhaite le quitter, on ne sait plus. Corso qui, après avoir épousé des femmes et fait des enfants en veux-tu en voilà, souffre encore et toujours. Corso, jamais remis de la mort de ses parents (une mère rongée par le chagrin et l’alcool, un père qui, sur son lit de mort, le confond avec son frère défunt), porte un regard acéré et piquant sur la société. Mais quant à donner un sens à sa vie, c’est une autre histoire ! De nombreux chapitres courts donnent un rythme soutenu au récit. Une écriture précise, enlevée. Un humour salvateur.

 

 

Lire la suite « Premiers romans 2015 à lire avant la rentrée littéraire »

Sans modération

Les signets de la vidéo : Mais oui, mais oui, les cours ont repris !

La vidéothèque vous propose régulièrement d’aborder le cinéma sous un angle différent, en choisissant dix titres autour d’une thématique donnée.


Comme nous manquons cruellement d’imagination en ce mois de septembre, nous consacrons ce signet de la rentrée aux films d’école. Original, non ?

Car oui, l’école est très présente au cinéma, et rarement sous son meilleur jour. Punitions, professeurs peaux de vache, mauvaises notes… la litanie pourrait encore s’étaler sur des pages et des pages (d’écriture).

Rarement plaisant, toujours contraignant, parfois dangereux, mais si, mais si, les cours ont repris ! Alors à vos cahiers, taillez vos crayons, ressortez vos cartables, c’est la rentrée !

Passez un bon premier trimestre, bons films, et on se revoit au conseil de classe !

Lire la suite « Les signets de la vidéo : Mais oui, mais oui, les cours ont repris ! »

A l'affiche!

Les réseaux sociaux des bibliothèques de la Ville de Paris : petit tour d’horizon!

Les réseaux sociaux des bibliothèques de la Ville de Paris

Facebook, twitter, tumblr, pinterest, soundcloud,blogs,… les bibliothèques de la Ville de Paris sont résolument 2.0 ! Nous avons sélectionné pour vous quelques-uns de nos projets préférés en vous présentant des réseaux sociaux différents sur des thématiques variées.

 

Un blog…

 

cropped-bandeau-blog-def-logo-vdp1

Voici l’exemple de celui de notre petite sœur du vingtième, Louise et le canard sauvage de la bibliothèque Louise Michel ! Un blog permet de rédiger et publier des articles qui peuvent être classer par rubrique, ici, il y en a 4 :  Coups de coeur, En live ! , Rencontres & évènements et Au-delà du chignon… Les articles ou billets se succèdent dans un ordre antéchronologique, c’est-à-dire du plus récent au plus ancien.

 

Un tumblr…

index

 

Nous avons choisi de vous présenter le tumblr  ZIKencapîtale.

Les bibliothécaires musicaux du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris se sont fédérés autour de ce Tumblr pour communiquer sur les actions, les collections et les services du réseau autour de la musique  (concerts, conférences musicales, festival Monte le son, petits déjeuners  musicaux, siestes musicales, Minimaîtres et prochainement ateliers de MAO), faire connaitre le travail de veille du réseau par la diffusion des sélections des collectifs sous forme de playlists et de coups de cœur et réagir à l’actualité musicale (édition musicale, nouvelles modalités de consommation de musique, partenariats…) par le partage d’articles sélectionnés en ligne

Tumblr est une plateforme de micro-blogging. Comme dans un blog, les billets se succèdent dans un ordre antéchronolique. Les articles sont beaucoup plus courts que sur un blog et l’utilisation est simplifié. Pour ne pas louper un article, il est possible de s’abonner.

 

Un Pinterest…

 

0ba5d930c792000f81bdfa16a58216f8
Les titres qui tuent

Pinterest_logo-3

 

 

La future médiathèque de la Canopée est déjà sur Pinterest et nous, on aime beaucoup la rubrique les titres qui tuent.

Pinterest est une sorte de tableau d’affichage virtuel sur lequel on peut épingler ses coups de cœur visuels et centres d’intérêts et suivre d’autres personnes.

 

Un Soundcloud…

 

Soundcloud est un site et une appli sur laquelle les utilisateurs peuvent collaborer, promouvoir et distribuer leurs projets audios. Beaucoup de musiciens s’en servent pour faire connaître leurs créations.

 

soundcloud_logo
Soundcloud de la médiathèque Marguerite Duras
artworks-000125313170-2rs71s-t500x500
J’ai une chanson dans la tête
artworks-000122698264-r7c59l-t500x500
Premières pages
IMG_0217
L’oreille ne fait pas la sieste

 Le compte Soundcloud de la médiathèque nous sert à valoriser des animations, des documents. Découvrez nos playlists :

J’ai une chanson dans la tête : Et vous ? Quelle chanson avez-vous dans la tête ??

Premières pages : Les bibliothécaires vous lisent les premières pages d’un livre pour vous donner envie d’aller plus loin.

L’oreille ne fait pas la sieste : Extraits de livres audio écoutés lors de L’oreille ne fait pas la sieste (RDV régulier à la médiathèque pour échanger autour des livres audios)

 

Un instagram…

 

Instagram-logo-4
Instagram de la bibliothèque Vaclav Havel

Instagram est une application permettant d’éditer et de partager des photos (format carré reconnaissable). Cette appli contribue à la pratique de la phonéographie (prise de photos avec un tel).

Voici l’instagram de la bibliothèque Vaclav Havel !

Un netvibes…

 

CMJN de base
Netvibes de la bibliothèque du tourisme et des voyages

Voici le netvibes de la bibliothèque du tourisme et du voyage. Vous y trouverez une sélection de sites et de flux RSS à destination des étudiants et des professionnels du tourisme,  des chercheurs, des voyageurs, des amateurs de littérature de voyage et de tous les curieux.

Netvibes est un agrégateur :  il agrège le contenu en provenance d’autres sites via des abonnements à des flux RSS.

 

 

Et bien sûr, plein de facebook et de twitter… Retrouvez tous les réseaux sociaux des bibliothèques de la ville de  Paris ICI et LA

Sans modération

Plus bèlè la vie ! La disco vous fait voyager…

Direction la Martinique  ! Pour lire l’article en musique, cliquer ici !

 

cpbele_100a
Carte postale des années 1910 ou 1920. On reconnaît, outre la danseuse, le joueur de tanbou bèlè (3ème à partir de la droite) et le joueur de ti-bwa (2ème à partir de la droite). collection G. Michaux-Vigne
martinique_tiraoul
De gauche à droite, Raoul Grivalliers (Ti Raoul) et Florent Baratini en 1962. Extrait de Caribbean Voyage : The 1962 Field Recording. Martinique : Cane Fields and City Streets (Rounder Records, 2001)

L’origine du bèlè (appelé aussi bel air) remonte au temps de l’esclavage en Martinique. Le bèlè conjugue des influences africaines et européennes. Plus précisément, ce sont les contraintes du système esclavagiste qui, en agissant sur les traditions musicales africaines, ont donné naissance à une nouvelle expression musicale. Dans ce « processus transculturel il est difficile de déterminer la provenance de chaque élément, sans oublier les évolutions au fil des générations. »

Les chants racontent la vie quotidienne avec une certaine ironie. Un chanteur (la vwa douvan) entouré de répondè (les répondeurs, ou la vwa dèyè) mène la musique avec une voix qui porte, alors que se développe le dialogue entre les danseurs avec le tambouyé (joueur de tambour) et le joueur du tibwa (un bambou frappé avec des bâtons). Cet emploi habituel de la formule soliste/répondeurs est un trait caractéristique de la musique africaine de même que la recherche d’une certaine rudesse de timbre dans la voix. La conception fonctionnelle de la musique qui intervient dans toutes les activités humaines se retrouve aussi en Afrique. Ainsi on trouve les bèlè de travail (fouyé tè, coupé kann…), les bèlè de divertissement (bélia, grand bèlè, kalenda, ladja, danmyé…), les bèlè pour veillées mortuaires (bénézuel, kanigwé…).

Avant la seconde guerre mondiale, les musiques traditionnelles de campagne étaient nombreuses. Aujourd’hui toutes les musiques liées au travail ont quasiment disparu. Le gwoka est l’équivalent guadeloupéen du bèlè.

Lire la suite « Plus bèlè la vie ! La disco vous fait voyager… »

Sans modération

Les ravissements de Marguerite : musique (septembre)

ROCK

albums_201505_0790377039221_thumbCircuit des Yeux

In Plain Speech, Thrill Jockey 2015

In Plain Speech est le dernier album de l’artiste américaine Hailey Fohr connue sous le pseudonyme Circuit des Yeux. Sa musique est influencée par le blues, le punk notamment le courant no wave et des artistes tels que Brian Eno ou Sonic Youth. Ce qui est remarquable chez elle c’est son instrument, sa voix. Et quelle voix ! Malgré son jeune âge, 23 ans, elle peut s’enorgueillir de son timbre de baryton, qui donne une dimension profonde parfois lyrique à ses chansons. De sa folk expérimentale émane un sentiment de solitude, inspiré par sa tournée en solo, qui avait suivi la parution de son album précédent Overdue en 2013. Sur In Plain Speech, cette fois-ci, elle s’est entourée de musiciens plutôt avant-gardistes de la scène chicagoane, les cordes sont omniprésentes, guitares et violons le tout mâtiné d’arrangements électroniques expérimentaux oscillant entre douceur et gravité. Sa musique est parfois comparée à celle de Zola Jesus ou encore Xiu Xiu. Quoi qu’il en soit son univers émouvant ne laissera pas indifférent.

 

MUSIQUE CONTEMPORAINE

murailTristan Murail

Le Partage des eaux-Contes cruels-Sillages,2015

Ancien élève d’Olivier Messiaen, Tristan Murail est un des principaux théoriciens de la musique spectrale, basée principalement sur le travail des sons et des couleurs sonores. Ce nouvel album présente trois œuvres de différentes périodes du compositeur créées pour grand orchestre, adjoint de sons électroniques et, sur un morceau, de deux guitares électriques. Le plus réussi est peut être le partage des eaux, basé sur le son des vagues, où Murail joue habilement avec les textures et la dynamique, et atteint vraiment son but. Une musique entre apaisement et tension sous jacente, magnifiquement servie par l’orchestre symphonique de la BBC sur cette pièce. Certes, cet opus n’est pas à mettre entre toutes les oreilles, car il demande ouverture d’esprit, disponibilité et lâcher prise. Mais n’est ce pas le rôle de la musique, aussi, de nous faire aborder des rivages inconnus ?

Ecouter sur Soundcloud

MUSIQUE CLASSIQUE

visuel oreille de proustAnne-Lise Gastaldi et David Saudubray

L’Oreille de Proust 2015

Un très beau cd en ce mois d’août grâce au jeu à 4 mains des pianistes Anne-Lise Gastaldi et David Saudubray. L’angle d’approche de cet album est intéressant à double titre : d’une part, parce qu’il restitue les compositeurs ou œuvres que le romancier (et grand mélomane) appréciait et d’autre part parce qu’il est richement documenté (l’histoire des œuvres est expliquée) et illustré par des cartes postales anciennes du Cabourg proustien. Au programme : une recherche du temps perdu accompagnée musicalement par Bizet, Debussy, Wagner…

 Pour en savoir plus sur les interprètes

Si vous avez quelques heures devant vous…