Sans modération

Ravissements de Marguerite : livres d’art (mai 2015)

Stephen ShoreL’exposition Stephen Shore a eu lieu à Madrid et sera présentée aux Rencontres d’Arles, durant l’été 2015. A travers plus de 200 photographies, le catalogue de l’exposition nous présente le travail du photographe américain.
A 17 ans, il fait la connaissance d’Andy Warhol et devient membre de la Factory. Mais Shore a de l’ambition et veut se trouver lui-même. Alors, à partir de 1972, il entreprend de passer à la photographie couleur, ce que le public considérait jusque-là comme non-artistique et plutôt réservé à la publicité, pour énoncer l’ordinaire américain.
Puis, il quitte New York pour découvrir le pays, fasciné par les paysages qu’il voit défiler. A partir de ce moment, il photographie absolument tous les éléments de son quotidien : chambres de motels crasseuses, toilettes infâmes, petits-déjeuners peu ragoûtants saisis en très gros plan, mais aussi des coins de rue, des parkings, des stations service. Dès lors, en opposant la banalité du sujet à la pertinence de la couleur et de la composition, Shore introduit une émotion, une tension proprement artistique dans sa photographie.

 

DelaunayL’exposition Sonia Delaunay, les couleurs de l’abstraction, organisée par le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, a eu lieu à l’automne 2014. Plus de 400 œuvres étaient présentées dont ses plus connues et reproduites dans le catalogue de l’exposition : Prismes électriques, La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, (réalisé à quatre mains, avec Blaise Cendrars) ou encore Le bal Bullier.
Sonia Delaunay aborde la peinture par le fauvisme et le figuratif, qu’elle abandonne pour être plus libre encore avec la couleur et s’orienter de plus en plus vers l’abstraction. Pour elle, la couleur est l’élément qui construit le tableau.
Elle expérimente sur les supports les plus variés (tableaux, affiches, vêtements, reliures, objets domestiques) car elle a pour ambition d’introduire l’art dans la vie.
Elle s’implique également dans des projets d’architecture. Et son œuvre tardive connaît un ultime essor dans ses albums d’eaux-fortes.
Sonia Delaunay tient sans conteste une place spécifique au sein des avant-gardes européennes et un rôle majeur dans l’abstraction, dont elle figure parmi les pionniers.

 

SiskindDébut 2015, à Montpellier, a eu lieu la première rétrospective française sur le photographe new-yorkais, Aaron Siskind. Le catalogue d’exposition, Aaron Siskind, une autre réalité photographique est également la première monographie qui existe sur ce photographe. Elle présente l’évolution de son œuvre, sa revendication à appartenir au monde de l’art et non pas qu’à la photographie.
Dans les années 1930, il passe de la traditionnelle photo documentaire au formalisme. Par des plans serrés, les images deviennent abstraites intentionnellement, distordent le réel. Même ses prises de vues architecturales sont formelles. Cependant, il « sait donner à l’élément architectural la qualité d’un palimpseste ». En resserrant sur des affiches en lambeaux ou des tags sur les murs, par exemple, les couches temporelles de vécus nous apparaissent et nous rappellent également que chaque bâtiment fait partie de l’histoire générale d’une ville.

 

9780714869032,0-2298111Le philosophe anglais Alain de Botton (auteur de Comment Proust peut changer votre vie et fondateur de la School of Life) nous propose avec Art et thérapie de voir les œuvres d’art différemment, de leur redonner la capacité de nous remuer intérieurement, de faire écho à nos maux et à nos manques, de provoquer en nous émotions et réactions. Dépassant l’histoire de l’art traditionnelle, il la met au service du développement personnel dans ce livre comme il l’a déjà fait au Rijksmuseum d’Amsterdam.

 

 

 

9783869307305,0-1904679Chronophagia : œuvres choisies 1985 – 2009 est une sélection de plus de 100 photographies de Robert Polidori, connues ou moins connues, illustrant son travail sur les ruines, les détritus, la destruction. Né au Canada et vivant aujourd’hui à Los Angeles, il est notamment célèbre pour sa séries de photographies de la Nouvelle Orléans après le passage de l’ouragan Katrina. Ses œuvres touchent le spectateur par leur étrange beauté, et par le sentiment qu’elles donnent d’une humanité présente par son absence même. De La Havane au Château de Versailles, de la Nouvelle-Orléans à la Jordanie, ce livre invite à la réflexion.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s