A l'affiche!·Sans modération

Le Salon de Marguerite, mars 2015

Salon de marguerite

Samedi 28 mars, se tenait, comme tous les mois, le salon de Marguerite, salon littéraire, réunissant bibliothécaires et lecteurs autour de leurs lectures.

Salon de Marguerite

Salon de Marguerite

Voici les titres dont bibliothécaires et lecteurs ont parlé :

Bonheur national brutLe Bonheur national brut / François roux
Du Bouthan et de son indice de qualification du niveau de vie, il n’est point question dans ce roman, qui se déroule en France, de 1981 à 2012. De l’élection de François Mitterrand à celle de François Hollande.  Une fresque politique et sociale de la France à travers le destin croisé des quatre adolescents qui se perdent de vue et se retrouvent, transformés et fidèles à eux-mêmes. Un roman générationnel certes, mais qui séduira aussi les personnes n’ayant pas vécus ces années de l’intérieur. Les personnages sont attachants et même quelques semaines après avoir fermé le livre, on aimerait avoir de leurs nouvelles. Un indéniable coups de cœur de bibliothécaire !

retour à little wingRetour à Little Wing / Nickolas Butler
Hank, Lee, Ronny et Kip sont quatre copains d’enfance. Adultes, ils ont pris des chemins différents, mais sont restés profondément attachés à Litlle Wing, petite ville du Wisconsin  où ils ont grandi ensemble, vécu les mêmes histoires, connu les mêmes filles…
Une telle amitié peut elle résister au temps qui passe, aux différents choix de vie ?
Nicolas Butler signe un premier roman attachant, plein de charme,  rappelant inlassablement son attachement au pays, à la nature.
« Retour à Little Wing » a obtenu le Prix Page / America  lors du festival America 2014.

le roi disait que j'étais le diableLe Roi disait que j’étais le diable / Clara Dupond-Monod
Clara Dupond Monod s’attaque dans ce 6e roman à une légende de l’histoire de France : Aliénor d’Aquitaine. Elle nous conte l’histoire « non écrite », celle de l’intime, des coulisses du pouvoir. Aliénor, femme de caractère, fougueuse, orgueilleuse, se retrouve mariée à Louis VII, roi qui se destinait à la vie monacale et qui peine à trouver sa place à la tête de du royaume. Les points de vue des protagonistes, fort divergents, se succèdent et donnent un rythme à cette histoire qui l’ont pourrait aisément transposer aujourd’hui (mis à part capelines, balades à cheval et batailles en tout genre !). Une très belle écriture, un grand soin dans la construction et la narration : un réel plaisir de lecture !

itineraire poete apacheItinéraire d’un poète apache / Guillaume de Staellens
« Quel était le combat de ma génération ? Suivre de longues études, ingurgiter des polycopiés pour se payer une baraque préfabriquée, un écran géant et des vacances en Thaïlande ? Pour crever dans une salle de bains, la joue contre le carreau froid, le bide débordant du peignoir blasonné ? Une vie pasteurisée ? Un plat sous vide ?
Je passe la main. »
Le jeune poète apache se nomme Nicolas Stanley : il est né d’une mère indienne et d’un père américain, richissime héritier. Il cherche une place dans cette société qu’il exècre, à laquelle il ne reconnait aucune valeur. Il dévore E.A. Poe, H. D. Thoreau, les comics, il écoute Nirvana, Radiohead, il tente de s’échapper en dessinant. Rebelle sans cause, il ère d’expériences en expériences (drogues, alcool, …), frise l’autodestruction. Intéressé par la politique, l’écologie, l’histoire, il s’éparpille un peu, avance sans but, vit au jour le jour, fait des rencontres, lâche tout du jour au lendemain pour changer de pays, vivre une nouvelle aventure.
Cet étrange road-movie, mi satire sociale, mi récit de voyage est un véritable coup de coeur C’est grunge, poétique, ethnique, identitaire, politique, littéraire, musical, touristique, historique. Ce poète apache est attachant de part ses désillusions, ses rêves fous, ses descentes aux enfers, ses espoirs, sa quête d’identité. Ce premier roman est un portrait cinglant de l’Amérique des années 1990, 2000 et d’une génération perdue.

la capitanaLa Capitana / Elsa Osorio
La Capitana c’est Micaela Feldman de Etchebéhère, dite Mika, née en 1902 en Argentine et morte à Paris à l’âge de 90 ans. Un parcours et une vie incroyable qui a traversé tout le XXe siècle et qui ne pouvait que susciter l’intérêt de l’auteure argentine Elsa Osorio. Au fil de la lecture, on a même parfois du mal à croire que cette femme a existé, tant son destin est romanesque et héroïque et l’on se réjouit de découvrir la véracité de la vie de cette militante passionnée, de cette intellectuelle, de cette combattante aguerrie. Femme libre, engagée, profondément attachée aux droits humains, à l’égalité, anti-fasciste, elle a notamment rejoint un groupe de militants du POUM durant la guerre civile espagnole en 1936, ce qui lui a valu ce surnom de « La Capitana ».
Très documenté (Elsa Osorio a consulté ses carnets, interrogé des proches), ce livre n’est pourtant pas un ouvrage historique, il reste un roman puissant, fort, très bien construit qui laisse la place à la voix de Mika, à celle de ceux qui la côtoie et même à celle de l’auteure, de façon non-linéaire. Un magnifique portrait de femme, une belle illustration de ce qu’est l’engagement.

Pas pleurerPas pleurer / Lydie Salvayre
Lydie Salvayre convoque les souvenirs de sa mère et ceux de Bernanos, par le biais de ses écrits, sur la guerre civile d’Espagne. Leurs souvenirs s’entrelacent, se mêlent, se démêlent quite à parfois nous faire nous demander si ils ont vécu la même histoire. Au-delà du récit des événements tragiques qui ont jonchés les années 1936, 1937, c’est l’occasion pour l’auteure de retranscrire le « fragnol » (savant mélange d’espagnol et de français) de sa mère, l’occasion d’exhumer son histoire enfouie au fond de sa mémoire, de libérer une parole. Un très beau récit, sorte d’hommage maternel, de témoignage filial, où l’intime rencontre l’Histoire ; une course après le temps qui fait s’effacer les souvenirs. Fort, poignant, parfois drôle, qui donne envie tout de même envie de se mettre à l’espagnol, certains passages, n’étant, hélas pas traduit !

la carte et le territoireLa carte et le territoire / Michel Houellebecq
Une écriture fluide, un roman qui se dévore. Une belle entrée dans l’univers de cet auteur à la personnalité si particulière. L’histoire d’un artiste qui abandonnant la photographie pour la peinture, rencontre … Michel Houelbecq.  Un roman plein d’humour et d’autodérision, abordant plein de thèmes : famille, art, amour, argent …

Fleur et sangFleur et sang / François Vallejo
L’histoire entrelacée de deux jeunes médecins, qu’un lien mystérieux unit à travers les siècles : Urbain Delatour officie au XVIIe siècle tandis qu’Etienne Delatour est un cardiologue réputé du XXIe siècle. On suit leur histoire en parallèle, chaque chapitre reflétant la voix de l’un puis de l’autre : fleur et sang. Sont ils de la même famille ? Quel est leur destin commun ? Un roman passionnant, très bien construit.

le pouvoir du chienLe pouvoir du chien / Tom Savage
Un western surprenant. Le héros, étrange, viril est une sorte de John Wayne. Un roman étonnant rempli de personnages hauts en couleurs.

En attendant la prochaine séance qui aura lieu le 30 mai, vous trouverez dans notre Pinterest l’intégralité des titres présentés lors du dernier Salon de Marguerite et des précédents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s