Les ravissements de Marguerite : livres (décembre)

image_tribus HattieAyana Mathis, Les douze tribus d’Hattie, Gallmeister, 2014

Ce magnifique premier roman d’Ayana Mathis a gagné le Prix des lecteurs de la ville de Vincennes décerné dans le cadre de la 7ème édition du festival America en septembre 2014. En cours de traduction dans plus de 16 pays, ce récit dans la grande tradition de la littérature afro-américaine a été le succès surprise de l’année 2013. Les 12 tribus d’Hattie sont ses 12 enfants, chacun a son chapitre et chacun donne à entrevoir une facette de la personnalité d’Hattie, arrivée à 16 ans à Philadelphie pour fuir le sud rural et la ségrégation. Un récit passionnant, véritable morceau de l’histoire des Etats-Unis, des années 20 aux années 80.

 

je sais pourquoi chanteMaya Angelou, Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, Les allusifs, 2008

Maya Angelou nous a quittés le 28 mai dernier, et de nombreux hommages ont été rendus à cette figure emblématique de la vie artistique et politique aux États-Unis, notamment par le Président Obama. Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage est son premier roman, paru en 1969, dans lequel elle raconte son enfance et son adolescence dans le sud de la ségrégation. Elle est élevée par ses grands-parents épiciers dans l’Arkansas avec son frère, puis rencontre son père et enfin sa mère quant celle-ci trouve les moyens financiers de les faire vivre avec elle dans le nord. Victime d’un viol à 8 ans, elle restera mutique pendant 5 ans, avant qu’une amie de sa grand-mère lui fasse retrouver la parole en lui prêtant des livres et en lui demandant de les commenter. Elle mène une scolarité brillante et pose un regard lucide sur les discriminations dont sont victimes les afro-américains. Ce roman autobiographique se termine sur le départ de Maya de la maison maternelle à la fin de l’adolescence, et au début du destin exceptionnel qui a été le sien.

 

il bouge encoreJennifer Murzeau, Il bouge encore, R. Laffont, 2014

Antoine perd son travail et petit à petit remet tout son univers en question : son ancien emploi, son couple, son mode de vie… Une fois sorti de la course à la performance dans laquelle sa profession le maintenait, il prend le temps d’examiner son existence et son entourage, s’apercevant qu’il ne connait plus vraiment ni ses amis, ni sa compagne. La prise de conscience d’un homme et la désintégration d’une relation finement décrits par l’ancienne journaliste Jennifer Murzeau. Son premier roman Les Grimaces décrivait déjà un monde du travail impitoyable à travers le microcosme de la télévision.

Advertisements
Catégories : A croquer sans modération! | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :